Marvin Rotrand perd son poste de vice-président à la STM

Marvin Rotrand
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Marvin Rotrand
Après Benoit Dorais, qui s’est fait tasser par Denis Coderre de la présidence du conseil d’agglomération après avoir joint les rangs de l’opposition, c’est au tour du vétéran du conseil municipal, Marvin Rotrand, de se voir retirer un poste important, celui de vice-président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal (STM).

Marvin Rotrand a appris la nouvelle lundi du directeur général de la STM, Luc Tremblay. « C’est une décision du maire », a-t-il soutenu.

Le conseiller municipal s’est dit surpris du geste posé par Denis Coderre. « En décembre dernier, M. Coderre m’avait dit qu’il était très satisfait du travail que je faisais et que je défendais bien le dossier et l’administration en transport en commun », a-t-il relaté.

En janvier toutefois, le maire lui aurait indiqué que le fait d’être devenu chef de Coalition Montréal et vice-président du conseil d'administration de la STM causait un malaise chez lui. « Je l’ai rassuré en lui disant que j’allais continuer d’appuyer la position de l’administration et que nous n’étions pas un parti d’opposition, mais un regroupement qui s’inspirait de la pensée de Marcel Côté pour travailler vers un conseil moins partisan. »

Marvin Rotrand verra son salaire passer de 85 851 $ à 53 469 $, soit une baisse de 40 %. « Je pense que le maire veut donner une leçon à Benoit Dorais et à moi. Je n’ai pas l’intention de livrer une grande bataille au conseil comme Projet Montréal va le faire avec Benoit Dorais », a-t-il dit. « Mais ça démontre comment le conseil municipal va fonctionner s’il y a majorité pour Équipe Denis Coderre après les élections du 5 novembre. »

Plus tôt dans la journée, Projet Montréal a échoué dans sa tentative de bloquer la décision de l’administration de retirer la présidence du conseil d’agglomération à Benoit Dorais.

Le cabinet du maire Coderre n’a pas voulu commenter le dossier, qui sera soumis au conseil municipal mardi. « Avant de réagir à quoi que ce soit, nous allons attendre que le débat se fasse sur le plancher du conseil », a indiqué Marc-André Gosselin, attaché de presse de M. Coderre.

L’avenir de Coalition Montréal
Marvin Rotrand a par ailleurs déploré que la conseillère de Villeray, Elsie Lefebvre, n’ait pas fait part de son intention de quitter Coalition Montréal aux membres du parti réunis en congrès de la semaine dernière. Rappelons que lors de ce congrès, jeudi soir dernier, les militants avaient pris la décision de présenter des candidats lors des prochaines élections. Le parti comptait alors deux élus. Or, dimanche, Elsie Lefebvre a annoncé sur sa page Facebook qu’elle siégerait désormais comme indépendante.

« Beaucoup de gens ont voté en faveur de cette résolution avec l’idée qu’on gagnerait au moins deux sièges [lors des élections de novembre]. Ça nous donne une reconnaissance comme parti officiel. Maintenant que je suis seul, je suis considéré comme un indépendant », a expliqué M. Rotrand.

L’avenir s’annonce difficile pour ce parti aux prises avec une dette importante. Une rencontre de l’exécutif est prévue la semaine prochaine, a précisé Marvin Rotrand : « Il est trop tôt pour dire quels gestes pourraient être posés. »

À voir en vidéo