La satisfaction des Montréalais en baisse à l’égard de l’entretien routier

La satisfaction des citoyens à l’égard de l’entretien du réseau routier a atteint 56 % en 2016, contre 61 % en 2014.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La satisfaction des citoyens à l’égard de l’entretien du réseau routier a atteint 56 % en 2016, contre 61 % en 2014.

La satisfaction des Montréalais à l’égard de l’entretien du réseau routier, de la circulation et du déneigement a diminué depuis 2014, révèle un sondage commandé par la Ville de Montréal et dévoilé mercredi.
 

La firme Léger a sondé en octobre dernier 7614 répondants dans les 19 arrondissements, soit environ 400 citoyens par arrondissement. Les sondeurs ont interrogé les citoyens sur la qualité des services municipaux en s’inspirant des mêmes questions posées lors d’une enquête menée à l’automne 2014 avec un échantillon de 1907 répondants.

Des insatisfactions...

Si la satisfaction globale à l’endroit des services est stable depuis 2014, soit 82 %, contre 80 % deux ans auparavant, plusieurs enjeux demeurent problématiques. Ainsi, la satisfaction des citoyens à l’égard de l’entretien du réseau routier a atteint 56 % en 2016, contre 61 % en 2014.

La perception des citoyens à l’endroit de la circulation et du transport s’est aussi détériorée, avec un taux de 69 % contre 75 % en 2014. Quant au déneigement, il est qualifié de bonne qualité auprès de 76 % des répondants alors que le taux atteignait 81 % en 2014.

Les entreprises sont toutefois plus sévères que les citoyens. Ainsi, seulement 32 % des entreprises sondées se sont déclarées satisfaites de l’entretien du réseau routier. La circulation et le transport ne satisfont que 37 % d’entre elles.

... et de bonnes notes

En revanche, les citoyens apprécient mieux la qualité du travail des pompiers (99 %), les services en matière de loisirs (96 %), la collecte des matières résiduelles (92 %) et la sécurité policière (87 %).

La Ville n’a pas été en mesure de fournir de données sur la satisfaction des citoyens dans chacun des 19 arrondissements. Les résultats devront d’abord être analysés, a-t-on indiqué.

« On a encore du travail à faire », a reconnu le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, au sujet de l’opinion des Montréalais touchant la circulation, l’entretien des rues et le déneigement.

Chantiers prioritaires

L’administration entend s’inspirer de ces résultats pour améliorer ses services. Elle a donc élaboré un plan qu’elle a baptisé « Simplifier la vie des Montréalais », qui se décline en 13 chantiers.

À titre d’exemple, Montréal compte se doter de quatre appareils spécialisés pour augmenter de 40 % le colmatage des nids-de-poule. Elle entend aussi hausser à 397 le nombre de kilomètres de rues réasphaltées dès 2017 (contre 176 kilomètres en 2006). En matière de stationnement, elle entreprendra de simplifier la signalisation et d’harmoniser les pratiques dans l’émission de vignettes. Montréal souhaite aussi améliorer l’expérience des citoyens lorsqu’ils communiquent avec la Ville.

Selon le directeur général de la Ville, Alain Marcoux, la Ville vise un « changement de culture » dans l’appareil municipal.

Écouter les arrondissements

« C’est une gifle dans le visage de Denis Coderre, qui dit que, depuis qu’il est maire, tout va bien. J’attire aussi votre attention sur le fait que, quand Denis Coderre a des bonnes nouvelles, il est toujours présent, mais quand ça va moins bien, il n’est pas là. Il n’était pas présent cet après-midi », a pour sa part commenté la chef de l’opposition, Valérie Plante

Au sujet des résultats du sondage, elle croit que l’administration devra écouter davantage les arrondissements : « Il y a un manque de planification. Denis Coderre veut agir rapidement. Il investit massivement dans l'asphaltage plutôt que de reconstruire des routes. »

Précisons que la marge d’erreur du sondage est de plus ou moins 1,1 % 19 fois sur 20, contre 2,2 % lors du sondage réalisé en 2014.