Fêtes ambulantes dans 19 quartiers pour les 375 ans de Montréal

La compagnie Éloize présentera dans chaque arrondissement un spectacle de cirque en plein air, chaque samedi soir à la tombée du jour.
Photo: Jacques Grenier Le Devoir La compagnie Éloize présentera dans chaque arrondissement un spectacle de cirque en plein air, chaque samedi soir à la tombée du jour.

L’organisation du 375e anniversaire de Montréal a dévoilé lundi l’une des pièces de résistance de sa programmation. La grande tournée, événement nomade mis en piste par le Cirque Éloïse, investira tour à tour les 19 arrondissements de la métropole de mai à septembre pour mettre en relief la culture et les saveurs propres à chaque quartier.

Le Cirque Éloize agira à titre de chef d’orchestre de ces festivités en continu qui reprendront les mêmes thèmes de quartier en quartier, mais se mouleront à chaque fois aux couleurs de l’arrondissement lors d’une série d’événements ancrés autour d’un parc local.

« L’événement sera le même à chaque endroit, mais il y a aura dans chaque lieu des musiciens, des conteurs et des talentslocaux qui seront mis en valeur », a expliqué lundi Maxime Charbonneau, porte-parole pour le Cirque Éloize.

La touche de la compagnie circassienne se traduira par la présentation, dans chaque arrondissement, d’un spectacle de cirque en plein air chaque samedi soir à la tombée du jour. Pour le reste, les festivités à caractère familial, qui s’échelonneront du vendredi soir au dimanche après-midi, sont destinées à célébrer et à faire découvrir aux Montréalais de chaque quartier les richesses et l’histoire de leur petit coin de métropole.

L’événement en continu présentera entre autres La ville suspendue, une fenêtre historique ouverte sur chaque quartier par le Musée McCord grâce à la présentation de photographies, de récits et de temps forts historiques de chaque arrondissement. Le Vélo Paradiso déambulera quant à lui de quartier en quartier pour projeter en plein air des courts métrages et vidéoclips du Wapikoni Mobile. Côté bouffe, Les grands apéros mettront la table à des pique-niques géants où restos et toques locales trouveront une vitrine de choix.

De pair avec La Tohu, l’événement Chats de ruelles squattera chaque week-end des ruelles d’un quartier pour y livrer des performances de cirque, de musique et des ateliers d’agriculture urbaine. À quelques pas des parcs, Les fenêtres qui parlent accueilleront les oeuvres d’artistes locaux, hébergées dans les fenêtres de résidences privées du quartier. À chaque arrêt de cette grande tournée, les résidents seront aussi mis au défi d’explorer leur propre patelin lors de Rallyes découvertes, alors que l’événement Postes du futur appellera la population à raconter et à envoyer une capsule temporelle à une adresse choisie. Date de livraison prévue : 2042, lors du 400e anniversaire de Montréal !

Ces noubas locales seront chaque fois captées par les équipes d’ICI Première, d’ICI Musique et de Sucré Salé de TVA, qui poseront leurs micros dans l’herbe tous les week-ends le temps de cet été historique.

« Il était important pour le 375e de Montréal que les gens aient la possibilité de faire quelque chose chez eux et de leur offrir des activités qui soient teintées par la ou les cultures de leur quartier », affirme le porte-parole d’Éloize.

La grande tournée prendra son essor dans le parc Jean-Duceppe dans Rosemont-La Petite-Patrie dès la fin de semaine des 12 et 13 mai, puis poursuivra sa course dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles en mai, avant de faire un saut en juin dans les secteurs Pierrefonds-Roxboro, Saint-Laurent et Verdun. L’événement nomade terminera son périple estival en septembre dans les arrondissements centraux du Plateau-Mont-Royal et de Ville-Marie.

1 commentaire
  • Yves Côté - Abonné 4 avril 2017 03 h 48

    Qu'en ferez-vous...?

    Selon moi, de participer à cette mascarade de fête commémorative ne révèle, au mieux, que notre participation à la destruction évidente de notre culture historique.
    De participer à cette mascarade de fête commémorative n'est tristement selon moi, que le message de l'incompréhension totale des objectifs canadiens à l'endroit des Québécois, à l'exacte mesure de ce qu'il en est avec d'autres événements folkloriques pour les autres sociétés pré-britanniques du Septentrion.
    Tel il en est avec l'apparence d'espoir qui invite à "appeller la population à raconter et à envoyer une capsule temporelle à une adresse choisie... en 2042, lors du 400e anniversaire de Montréal", apparence qui évite bien entendu de préciser la seule langue qui restera utilement partagée de tous pour le faire...
    Raison pour laquelle ma réponse personnelle à toute cette manipulation de symboles et de lieux qui sera concrètement donnée en spectacle à voir sera clairement le boycott pur et simple.
    Qu'en ferez-vous vous même de cette mascarade coûteuse, évidente et qui fait passer les Québécois pour d'heureux fêtards canadiens, fiers de l'être ?
    Comme beaucoup de message que nous donnons de ce que nous sommes en rassemblant nos décisions et comportements, la réponse appartient à chacun de nous.

    Tourlou !