40 voitures de plus pour le projet de REM

La Caisse a conclu une entente avec l’UPA pour créer une fiducie foncière afin de protéger quelque 30 hectares de terres agricoles.
Photo: CDPQ-Infra La Caisse a conclu une entente avec l’UPA pour créer une fiducie foncière afin de protéger quelque 30 hectares de terres agricoles.

Le projet de Réseau électrique métropolitain continue de prendre de l’ampleur.

CDPQ Infra, la filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec chargée du projet, a annoncé mardi l’ajout de 40 voitures, portant la flotte à 240 voitures électriques afin de répondre à un achalandage plus élevé qu’initialement prévu.
 

Cette augmentation serait attribuable à l’ajout de nouvelles stations, notamment celle prévoyant une correspondance avec la ligne de métro orange qui devrait amener une clientèle voulant éviter les voitures de métro bondées sur cette ligne utilisée à pleine capacité.
 

Ces voitures et quelques autres améliorations ajouteront 140 millions $ à la facture, qui dépasse désormais les 6 milliards.
 

À ce chapitre, les sommes attendues d’Ottawa et de Québec, qui totalisent environ la moitié des coûts, ne sont toujours pas acquises, mais le président de la CDPQ, Michael Sabia, affirme que les discussions vont bon train et se dit confiant d’en arriver à la conclusion recherchée.
 

Par ailleurs, la Caisse a conclu une entente avec l’Union des producteurs agricoles (UPA) pour créer une fiducie foncière afin de protéger quelque 30 hectares de terres agricoles entourant le terminus de REM sur la Rive-Sud de Montréal.
 

Cette fiducie, qui sera gérée par l’UPA, assurera la vocation agricole de ces terres pour l’avenir.

À voir en vidéo