Carte électorale: Sainte-Marie–Saint-Jacques est sauvée

«C’est la victoire du monde ordinaire!» a lancé la députée solidaire de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «C’est la victoire du monde ordinaire!» a lancé la députée solidaire de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé.

L’élue de Québec solidaire Manon Massé a accueilli avec soulagement jeudi avant-midi la décision de la Commission de la représentation électorale (CRE) de laisser intacte la circonscription de Sainte-Marie–Saint-Jacques.

La CRE a en effet fait marche arrière. Elle a retenu son projet initial, dévoilé en mars 2015, consistant à fusionner les circonscriptions Outremont et Mont-Royal, en plus d’abolir la circonscription Saint-Maurice, afin de créer deux circonscriptions dans les régions des Laurentides et de Lanaudière, qui ont connu un boom démographique au fil des dernières années.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a déploré la décision de la CRE de retrancher une circonscription sur l’île de Montréal puisque cette décision diminuera le « poids politique » de la métropole québécoise à l’Assemblée nationale. « C’est inacceptable, quand on sait que la population montréalaise ne cesse de s’accroître », a déclaré M. Coderre, « très déçu », par voie de communiqué. 

Le maire de Mont-Royal, Philippe Roy, s’est dit « abasourdi » par la décision de la CRE, qui fait fi, selon lui, des projets résidentiels à venir dans sa municipalité. « On a fait cette démonstration-là. Il y a deux semaines, le DGEQ a dit qu’on l’a convaincu. Là, on apprend qu’il revient sur ses pas puisqu’il y a eu de la contestation ailleurs », a-t-il déclaré en entrevue avec Le Devoir. « C’est totalement choquant. Il vient de perdre beaucoup de crédibilité. » 

Les députés Hélène David (Outremont) et Pierre Arcand (Mont-Royal) ont pour leur part refusé de spéculer sur les répercussions de la fusion de leurs circonscriptions actuelles sur leurs ambitions politiques personnelles. Ils ont « pris acte » jeudi de la nouvelle carte électorale. « Évidemment, c’est une déception pour moi de constater que les arguments que j’ai fait valoir devant la commission, dont d’ailleurs la seconde proposition faisait état, ne se reflètent pas dans les conclusions du rapport final publié ce matin », a affirmé M. Arcand, en tournée sur la Côte-Nord.

 
Illustration: Commission de la représentation électorale du Québec Les limites de la circonscription de Sainte-Marie–Saint-Jacques

La décision de la CRE est théoriquement finale et sans appel. La carte électorale dévoilée jeudi matin dans la Gazette officielle du Québec sera en vigueur pour les deux prochaines élections générales, prévues en 2018 et 2022.

« C’est la victoire du monde ordinaire ! » a lancé Mme Massé à l’occasion d’un point de presse dans l’immeuble abritant le Comité social Centre-Sud jeudi matin.

Plusieurs militants de Québec solidaire ont passé la nuit à rafraîchir la page Web des Publications du Québec, impatients de prendre connaissance du verdict de la CRE. « C’est bien simple, je pleure de joie », a lancé au Devoir l’un des membres de la garde rapprochée de Mme Massé après avoir pris connaissance de la nouvelle carte électorale.

Ce cran de sécurité là a fonctionné [...] Mais à quel prix!

Manon Massé avait appris avec stupéfaction le 7 février dernier à l’Assemblée nationale que la CRE avait renoncé à son projet de fusionner Outremont et Mont-Royal pour plutôt privilégier l’abolition de Sainte-Marie–Saint-Jacques.

En vertu de la Loi électorale, elle disposait de seulement 15 jours pour dissuader le directeur général des élections du Québec (DGEQ) d’aller de l’avant. Ella a rapidement reçu le renfort de milliers de personnes, qui ont notamment enseveli sous quelque 4000 mémoires, messages électroniques et téléphoniques la CRE. « Ce cran de sécurité là a fonctionné », a reconnu Mme Massé jeudi matin, après avoir pourtant fait des pieds et des mains pour remettre à juin prochain le dépôt de la nouvelle carte électorale.

« [Mais] à quel prix ! C’est ça que je voudrais qu’on s’évite en prenant le temps de réfléchir sur comment on pourrait faire autrement pour faire en sorte que, de la première proposition à la carte finale, il n’y ait pas de grand trou qui fait que des gens [visés par la proposition révisée de délimitation des 125 circonscriptions électorales de la CRE déposée à l’Assemblée nationale moins de trois semaines avant le dévoilement de la carte électorale] finissent par se sentir comme étant des citoyens et des citoyennes de seconde classe », a-t-elle ajouté.

L’élue solidaire regrettait toujours jeudi matin que le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, n’ait pas appelé le projet de loi 790, qui visait à prolonger les consultations publiques sur la prochaine carte électorale jusqu’en juin. « Il aurait permis d’avoir un contexte favorable pour la population pour pouvoir s’exprimer au lieu d’être coincée et de le faire dans l’affluence, avec le stress, la pression, etc. », a-t-elle réitéré, entourée de 40 sympathisants ravis de la tournure des événements.

Parmi eux, des représentants du Groupe communautaire L’Itinéraire. « La spécificité de Sainte-Marie–Saint-Jacques en fait une circonscription unique, qui tranche nettement avec Westmount–Saint-Louis. Avec sa population diversifiée, composée de nombreuses personnes à faible revenu, de personnes itinérantes, d’une importante communauté LGBT, sans oublier un grand nombre d’organisations communautaires, la décision de ne pas modifier la carte électorale est la bonne », a fait valoir le directeur général de L’Itinéraire, Luc Desjardins.

La CRE justifie sa volte-face

La CRE a souligné que le projet de regrouper les circonscriptions Outremont et Mont-Royal, ou encore celui de créer la circonscription Ville-Marie à partir des lambeaux de Sainte-Marie–Saint-Jacques et de Westmount–Saint-Louis présentaient tous deux « des inconvénients pour les communautés naturelles ».

« Cependant, les disparités soulevées au regard des différentes communautés naturelles qui auraient composé Ville-Marie ont convaincu les commissaires de la CRE que leur vision d’une circonscription correspondant au centre-ville de Montréal, qu’ils voyaient comme porteuse et rassembleuse, n’était pas partagée par les électeurs des circonscriptions touchées. Les commissaires ont décidé de retenir la proposition venant créer la circonscription Mont-Royal–Outremont, et ce, après avoir soupesé l’ensemble des éléments portés à leur connaissance. Cette proposition paraît être la meilleure option pour la majorité des électeurs dans le contexte actuel », a-t-elle indiqué par voie de communiqué jeudi matin.

La mémoire de Maurice Richard honorée

Par ailleurs, les membres de la CRE ont acquiescé à l’idée de rebaptiser la circonscription Crémazie en l’honneur du joueur étoile du Tricolore Maurice Richard. Il s’agit de la première fois que « le souvenir d’un sportif sera rappelé dans le nom d’une circonscription au Québec ».

Illustration: Commission de la représentation électorale du Québec Les limites de la circonscription de Maurice-Richard (auparavant connue sous le nom de Crémazie)

« La désignation toponymique commémorative d’un lieu doit présenter une relation significative avec celui-ci. Dans ce cas-ci, Maurice Richard a habité ce territoire pendant une cinquantaine d’années. Au-delà de ses exploits à titre de hockeyeur, il y est reconnu pour son engagement communautaire, notamment au regard du sport amateur, et il a été un personnage marquant pour l’ensemble des Québécois », a souligné la CRE.

Il s’agit d’un honneur « bien mérité » pour cet « homme plus grand que nature », a fait valoir M. Coderre. Le « Rocket » a laissé à la population québécoise « des souvenirs impérissables, autant pour ses prouesses en tant que hockeyeur qu’en raison de son profond attachement et de son implication dans sa communauté », a-t-il soutenu.

Chronologie

17 mars 2015     
Dépôt du premier rapport de la Commission de la représentation électorale (CRE). Le document prévoit la fusion des circonscriptions montréalaises Mont-Royal et Outremont, la disparition de Saint-Maurice en Mauricie et la création de deux circonscriptions dans la région des Laurentides-Lanaudière: Prévost et Les Plaines. 

21 avril au 21 mai 2015     
Auditions publiques. Le Parti libéral du Québec s’oppose à l’union des circonscriptions Mont-Royal et Outremont en évoquant notamment la croissance démographique à venir de la communauté hassidique d’Outremont qui justifierait le maintien de la circonscription représentée par Hélène David. 

7 février 2017     
Dépôt du second rapport de la CRE. Coup de théâtre: la circonscription Sainte-Marie–Saint-Jacques est rayée de la carte. Ses lambeaux sont récupérés par ses voisines, Hochelaga-Maisonneuve et Mercier, et par la nouvelle circonscription, Ville-Marie. Les circonscriptions Mont-Royal et Outremont demeurent intactes. 

15 février 2017     
Dépôt par la députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques, Manon Massé, du projet de loi 790 concernant la suspension du processus de délimitation des circonscriptions électorales. Près de 4000 mémoires, messages téléphoniques et électroniques sont transmis à la CRE au sujet notamment de la disparition de la circonscription du Centre-Sud de Montréal.
 
2 mars 2017     
La version définitive de la carte électorale publiée dans la Gazette officielle revient au scénario prévu dans le premier rapport de la CRE. La circonscription Crémazie est quant à elle rebaptisée « Maurice-Richard ». 
Dave Noël

7 commentaires
  • Nicole Delisle - Abonné 2 mars 2017 08 h 47

    La pression populaire a eu enfin gain de cause!

    Cette absurdité administrative est enfin rayée et le CRE a compris l'erreur qu'il s'apprêtait à faire. Heureusement, pour la justice et le respect des citoyens. Il aurait été impensable et injuste d'en être autrement. Le CRE a compris qu'il en allait de sa crédibilité, de sa transparence et de son indépendance. Soyons fiers pour les électeurs de cette circonscription qui pourront continuer de faire valoir leur choix démocratique.

  • Patrick Boulanger - Abonné 2 mars 2017 09 h 21

    Sachant qu'’Outremont et Mont-Royal sont des comtés représentés par des ministres libéraux, on peut se demander comment va réagir le PLQ dans ce dossier. L'indépendance de la Commission de la représentation électorale (CRÉ) va-t-elle être respectée? À suivre...

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 2 mars 2017 09 h 34

    Je suis d'accord avec le choix de Maurice-Richard

    Mais est-ce dire que le nom de Crémazie disparaîtra à jamais de notre carte électorale, ce avec quoi je suis en désaccord? Espérons que la CRE trouvera un autre comté pour cet illustre personnage.

  • Christian Montmarquette - Abonné 2 mars 2017 10 h 54

    Il faut changer le mode de scrutin au Québec

    Il faut 4 fois plus de votes à Québec Solidaire qu'au Parti libéral pour obtenir un siège...

    - Saviez-vous que, comme l'a dénoncé Marie-Claude Bertrand membre du conseil d'administration du Mouvement démocratie nouvelle (MDN) dans un récent commentaire au Journal de Québec, qu'il faut 4 fois plus de votes à Québec Solidaire qu'au Parti libéral pour obtenir un siège à l'Assemblée nationale?

    En effet, pour parvenir à faire élire un député Québec Solidaire doit recueillir 105700 votes, alors que la CAQ doit en obtenir 44350, le PQ 35000 et le Parti libéral seulement 25000. Un pur déni de démocratie et une injustice flagrante.

    Car avec 10% des appuis populaires, en toute équité, ce n'est pas deux ou trois députés.e.s que Québec Solidaire devrait obtenir. Mais bien, huit, dix, ou même, douze députés.e.s!

    Une énorme distorsion et une grave entorse à la démocratie représentative qui fait en sorte que la moitié des votes des citoyens.nes sont carrément jetés à la poubelle et qui se doivent absolument être corrigées.

    Comme tous les partis politique "SAUF" le Parti libéral sont actuellement favorables à un changement de mode de scrutin à la faveur d'un mode de scrutin "proportionnel compensatoire".

    Il faut que le Parti libéral actuellement isolé et qui adopte une position carrément antidémocratique, change son fusil d'épaule et appuie désormais, lui-aussi, cette revendication légitime et générale si on ne veut pas revivre ce genres de crises à chaque fois qu'il y a une modification de la carte électorale au Québec.

    Christian Montmarquette

  • Stéphanie Deguise - Inscrite 2 mars 2017 15 h 27

    Grand merci à Manon Massé!

    ...Ainsi qu'à tous mes concitoyens qui se sont serré les coudes!