Michael Applebaum ne fera pas appel

L'ancien maire de Montréal par intérim Michael Applebaum
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L'ancien maire de Montréal par intérim Michael Applebaum

L’ex-maire de Montréal par intérim Michael Applebaum ne fera pas appel du jugement qui a confirmé le 26 février sa culpabilité dans des affaires de corruption.

Le bureau de son avocat, Pierre Teasdale, a confirmé la nouvelle lundi après-midi. Me Teasdale n’a cependant pas répondu aux demandes d’entrevue du Devoir.

Michael Applebaum, âgé de 53 ans, a été reconnu coupable de 8 des 14 chefs d’accusation qui pesaient contre lui, notamment fraude envers le gouvernement, abus de confiance et complot.

Il était accusé d’avoir touché des pots-de-vin en échange de l’approbation, en 2007, d’un projet immobilier de la rue Troie et de l’octroi, en 2010, d’un contrat d’entretien à la firme Sogep pour le Centre sportif de Notre-Dame-de-Grâce. Michael Applebaum était alors maire de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Le premier pot-de-vin qu’il aurait empoché aurait été de 30 000 $ et le second, de 25 000 $.

L’ex-maire par intérim, qui avait été élu par les membres du conseil municipal pour remplacer Gérald Tremblay en 2012, n’a pas témoigné durant son procès. Le témoignage de son ancien directeur de cabinet Hugo Tremblay — qui aurait servi d’intermédiaire lors des échanges d’argent avec Robert Stein et Anthony Keeler, promoteurs du projet immobilier de la rue Troie, et avec Sogep — a été central lors des procédures judiciaires.

« La crédibilité et la fiabilité du témoignage de Tremblay sont évidentes. Son comportement, sa mémoire, son attitude devant le Tribunal, ses réponses précises, mais nuancées et non contredites démontrent qu’il dit la vérité », a déclaré la juge Louise Provost quand elle a rendu son verdict.

La même magistrate doit prononcer la sentence le 30 mars.

La Couronne réclame une peine d’emprisonnement ferme de deux ans, tandis que la défense suggère une peine mixte de 12 à 15 mois, qui pourrait inclure un emprisonnement en discontinu, une période de probation et des travaux dans la communauté.

1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 28 février 2017 10 h 09

    S'il est vrai

    qu'il n'a empoché que 30 000 $ de pots-de-vin c'est vraiment idiot d'avoir risqué sa carrière pour si peu, quand on a déjà un revenu annuel de 150 000 $ ou qqchose comme ça. Il a peut-être des centaines de milliers de dollars cachés qqpart.