La Plaza Saint-Hubert fait peau neuve

La Plaza Saint-Hubert, un beau jour d’été
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La Plaza Saint-Hubert, un beau jour d’été

Promettant de redonner à la Plaza Saint-Hubert ses « lettres de noblesse », le maire de Montréal, Denis Coderre, a confirmé dimanche matin que la Ville investirait 49 millions de dollars pour la revitalisation de cette artère commerciale.

La célèbre marquise qui protège les badauds des intempéries des rues Jean-Talon à Bellechasse sera démantelée et remplacée. Des consultations avaient précédemment révélé l’attachement d’une grande majorité de citoyens et de commerçants à cette structure qui, si elle est devenue l’emblème de la Plaza, se faisait toutefois vieillissante.

La nouvelle marquise sera moins imposante, libérant les étages des immeubles par sa position plus près de la rue et sa pente moins prononcée. Le fil de la marquise doit également être interrompu au moment de traverser des places publiques, pour donner une impression de grandeur. Le démantèlement doit débuter dès juillet. Les travaux, eux, s’échelonneront entre 2018 et 2021.

Photo: La Shed Représentation de la place du Bain Saint-Denis, à Montréal

Des saillies vertes, où seront installés les arbres ou encore des terrasses, alterneront avec les places de stationnement en bordure de rue, dont le nombre sera réduit.

Des travaux majeurs d’égouts et d’aqueducs sont prévus. Une place publique sera également aménagée devant le Bain Saint-Denis. En outre, les intersections seront repensées et les trottoirs élargis pour faire une plus grande place aux piétons.

Pour Valérie Plante, ces annonces constituaient de « bonnes nouvelles », dimanche. « Je suis satisfaite qu’on profite de travaux majeurs pour procéder à un réaménagement, ce qui n’a pas toujours été le cas par le passé pour d’autres artères », a dit la chef de l’opposition officielle à la Ville de Montréal en entrevue avec Le Devoir.

La Ville a promis d’animer la rue pendant les travaux ainsi que de proposer des mesures de soutien aux commerçants. « Ce qui leur sera vraiment offert reste nébuleux, explique Valérie Plante. À Projet Montréal, nous demandons un allégement fiscal pendant les travaux pour leur donner un répit. Nous pensons aussi qu’il vaudrait mieux procéder par tronçon, mais du moment que ça se fait en concertation avec les commerçants, c’est un gage de réussite. »

Les commerçants d’autres artères commerciales, comme le boulevard Saint-Laurent ou la rue Saint-Denis, ayant souffert lors de travaux majeurs, l’impact potentiel sur ces derniers est une des préoccupations principales entourant ces travaux.

Les travaux en bref

Mise à niveau des égouts et aqueducs.

Remplacement de la marquise par une structure plus légère.

Élargissement des trottoirs et aménagement de saillies avec verdure et terrasses.

Aménagement de places publiques et remplacement du mobilier urbain.
2 commentaires
  • Robert Beauchamp - Abonné 6 février 2017 19 h 26

    La valse des millions

    175 millions pour un terre-plain converti en espace de verdure à la fouche Rachel - Sherbrooke - Pie IX, 40 millions pour l'éclairage dit festif sur le pont Jacques-Cartier, 50 millions pour la Plaza et etc... L'argent coule à flot, et au bénéfice de qui? Les entrepreneurs vont être heureux. Ah! j'oubliais, le ler souci de la ville est la création d'emplois c'est sa mission première. Autant suggérer qu'elle devrait relever du Ministère de l'Industrie et du Commerce ou même d'Emploi-Québec, ou même d'investissement Québec et la Caisse de Dépôt qui ont de belles enveloppes de subventions pour le développement durable.

  • Jean-Luc Malo - Abonné 6 février 2017 21 h 08

    Une autre occasion (manquée) de piétonisation

    Nous savons que M. Coderre ne fera pas la promotion des rues piétonnes à Montréal mais il est surprenant que M. Croteau, maire de l'arrondissement Rosemont La Petite patrie où se situe ce secteur de la rue St-Hubert, et du parti d'opposition, ne considère pas une telle option, d'autant que ce serait sur une courte distance (de Bellechasse à Jean-Talon).
    Allons, M. Croteau, un peu d'initiative et de courage politique!

    Jean-Luc Malo
    abonné