Montréal s’attaque aux massages érotiques dans Rosemont–La Petite-Patrie

Le temps est compté pour les exploitants de salons de massage érotique dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie. Mercredi, des avis de révocation de permis ont été envoyés à six de ces établissements, résultats d’enquêtes ayant visé quarante-six commerces. Deux autres devront fermer parce qu’ils n’ont pas de permis, tandis que deux autres ont également cessé leurs activités de leur propre chef, selon le maire de l’arrondissement, François Croteau. Ces interventions surviennent deux ans après la promesse du maire Coderre de sévir contre les salons de massage érotique. La ville comptait alors une centaine d’établissements du genre, dont plusieurs emploient illégalement des femmes payées pour avoir des relations sexuelles avec leurs clients.

À voir en vidéo