Montréal achète le site des hospitalières pour 14,55 millions

La transaction se fera au montant de 14,55 millions, mais la valeur marchande des propriétés des religieuses est évaluée à 24 millions, a souligné Denis Coderre.
Photo: Source Ville de Montréal La transaction se fera au montant de 14,55 millions, mais la valeur marchande des propriétés des religieuses est évaluée à 24 millions, a souligné Denis Coderre.

Montréal versera 14,55 millions de dollars pour l’achat du couvent des religieuses hospitalières de Saint-Joseph situé au pied du mont Royal, a annoncé le maire Denis Coderre mercredi.

En mai dernier, la Ville avait annoncé son intention de faire l’acquisition des propriétés des religieuses d’une superficie de 36 605 m2 et situées à l’angle des avenues des Pins Ouest et du Parc.

La transaction se fera pour une somme de 14,55 millions, mais la valeur marchande des propriétés des religieuses est évaluée à 24 millions, a souligné le maire.

Une école des métiers d’art ?

La Ville devra préciser la nouvelle vocation du site au cours des prochains mois. Le maire a évoqué l’idée de créer un centre d’archives religieuses pour le Québec et de procéder à l’agrandissement du musée.

« On va donner les coudées franches pour s’assurer que ce site soit public. Le couvent sera transformé, a dit le maire. Je parle avec plusieurs dirigeants d’écoles des métiers d’art à Montréal. Ce serait un site enchanteur avec, comme toile de fond, le magnifique mont Royal. Ce serait très inspirant pour la créativité. »

Supérieure générale de la congrégation, soeur Marie-Thérèse Laliberté a indiqué avoir obtenu l’assurance que les valeurs et la mission de la communauté seront respectées : « C’est dans un esprit d’ouverture et de collaboration que nous sommes disposées à accueillir en bons voisins les projets que la Ville de Montréal entend implanter en ces lieux patrimoniaux. »

Rappelons que la communauté des hospitalières est vieillissante et qu’elle compte une soixantaine de religieuses à l’heure actuelle.

1 commentaire
  • Johanne Bédard - Inscrite 15 décembre 2016 11 h 02

    Par exemple

    Ce site s'appelait l'hôpital Hôtel-Dieu et faisait partie du CHUM.

    Si la ville veut vraiment respecter l'esprit et la vocation de cet établissement, elle ne se laisserait pas influencer par les rozonneries farfelues d'un mégalomane en mal de pouvoir supplémentaire. Elle en ferait une maison pour les itinérants qui couchent dehors à -20 degrés. Un tel projet, s'inscrirait réellement dans la continuité de l'oeuvre des religieuses. Et, si le maire insiste pour que l'art y règne, il y a des itinérants qui ont des talents multiples en art ; ils ne sont tout simplement pas reconnus, car ils sont dépourvus de « standing » social ; donc pas intéressants et trop bas dans leur statut « glamour jet-set » pour les Cocodère et les Rorozonzon.

    Mais, ça, ça n'intéresse que les personnes qui sont au courant qu'il y a des itinérants à Montréal qui crèvent de faim et de froid et qui le déplorent.