Voie cyclable: des constats d’infraction annulés

Environ 180 000 personnes font du vélo au moins une fois entre décembre et mars, selon l'organisme Vélo Québec.
Photo: Michaël Monnier Archives Le Devoir Environ 180 000 personnes font du vélo au moins une fois entre décembre et mars, selon l'organisme Vélo Québec.

Les automobilistes mis à l’amende le 16 novembre dernier pour s’être stationnés dans certaines rues des arrondissements Rosemont-La-Petite-Patrie et Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension n’auront finalement pas à payer leur constat d’infraction.

La Direction des poursuites pénales et criminelles (DPPC) de la cour municipale de Montréal a fait connaître sa décision par voie de communiqué mercredi.

D’abord fermé à la circulation cyclable le 15 novembre dernier, ce tronçon, qui comprend notamment la très achalandée piste Boyer qui s’étire sur les territoires de Villeray et Rosemont, a été rouvert quelques jours plus tard à la demande de la Ville de Montréal. L’administration municipale a en effet ajouté cet axe à son réseau quatre saisons — une mesure demandée depuis belle lurette par la communauté de cyclistes hivernaux. La voie cyclable sera dorénavant ouverte et entretenue 365 jours par année.

La DPPC a indiqué que l’analyse des circonstances entourant l’émission de ces constats d’infraction lui avait fait réaliser leur invalidité. Les quelque 300 constats révoqués visent les véhicules garés spécifiquement sur les rues Boyer, Marquette et de La Roche. Ces derniers comportaient une amende de 40 $, plus des frais de 13 $, pour un montant total de 53 $.