STM: un service amélioré pour 2017

Après une semaine particulièrement éprouvante pour les usagers du transport en commun, la Société de transport de Montréal (STM) a annoncé mercredi qu’elle ne haussera pas ses tarifs pour les six premiers mois de l’année 2017 et qu’elle augmentera ses services l’an prochain.

Vivement critiquée au cours des derniers jours en raison de nombreux arrêts de service dans le métro, la STM promet d’investir 23 millions dans l’ajout de service en 2017.

Alors qu’elle dévoilait mercredi son budget 2017 de 1,4 milliard, la STM a fait savoir qu’elle hausserait le nombre de trains sur les lignes verte, orange et bleue du métro en heure de pointe et augmenterait la fréquence des passages, ce qui équivaut à l’ajout de 5 millions de kilomètres-voitures, soit une augmentation de 6 %. En soirée, l’intervalle entre les passages du métro se fera toutes les 5 minutes ou moins. De plus, le service de la ligne bleue sera prolongé de 30 minutes.

« C’est significatif, a fait valoir le président du CA de la STM, Philippe Schnobb. Ça veut dire que le matin, quand on est dans les stations plus proches du centre-ville, peut-être qu’on n’aura pas à laisser passer trois trains avant de pouvoir ntrer parce qu’il va y avoir plus de service et des voitures plus grandes avec Azur. »

Du côté des autobus, la STM promet d’ajouter 100 000 heures de service au réseau, dont la moitié s’appliquera aux mesures de mitigation liées aux chantiers de Turcot, Bonaventure et Champlain. Mais elle ajoutera aussi des autobus sur certains circuits problématiques, comme la ligne 24 sur la rue Sherbrooke, en plus de prolonger des circuits, comme ceux des lignes 171 et 469.

M. Schnobb a indiqué que les temps de parcours seraient réévalués afin que les autobus « passent aux bonnes heures ».

La STM fera l’acquisition de 107 bus hybrides climatisés et fera l’essai de trois autobus électriques sur le circuit de la rue Monk. Au net, la STM ajoutera 26 autobus de plus à son réseau.

Les investissements destinés au maintien des actifs passeront de 535 millions à 887 millions l’an prochain. La STM soutient qu’elle consacrera des sommes plus importantes dans les quatre prochaines années qu’au cours des dix années précédentes.

Elle entend aussi terminer « au début de 2017 » l’implantation d’iBus, le système qui permettra de contrôler la flotte d’autobus et de savoir en temps réel où sont les véhicules.

Tarifs

Les tarifs demeureront les mêmes pour les six premiers mois de 2017, mais ils pourraient augmenter en juillet. Rappelons qu’en 2016, après six mois de gel, la société de transport avait imposé une hausse tarifaire de 1 %.

C’est éventuellement la nouvelle Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) mise en place par le gouvernement qui prendra en charge la confection de la grille tarifaire. Elle entrera en fonction en juin.


Un employé suspendu

La Société de transport de Montréal (STM) a suspendu un employé qui, selon une enquête interne, aurait incité des chauffeurs d’autobus à ne pas prendre la route lundi à Anjou. Le directeur général de la STM, Luc Tremblay, n’a pas voulu dévoiler l’identité de l’employé en question, mais il a dit que les chauffeurs ayant refusé de travailler pendant plus d’une heure seraient rencontrés : « Ça ne s’arrêtera pas là. C’est sûr qu’il va y avoir des sanctions. Il est hors de question de prendre la clientèle en otage. » Rappelons que lundi matin, 84 chauffeurs du garage d’Anjou ont refusé de travailler, alléguant qu’ils manquaient d’informations concernant les nouvelles règles imposées par la SAAQ.


À voir en vidéo