Métro de Montréal: sept projets pour recycler les voitures MR-63

L'un des projest retenus, celui des frères Frédéric et Étienne Morin-Bordeleau qui souhaitent intégrer huit voitures à un bâtiment qui sera érigé dans le Quartier de l’innovation.
Photo: Rayside Labossière L'un des projest retenus, celui des frères Frédéric et Étienne Morin-Bordeleau qui souhaitent intégrer huit voitures à un bâtiment qui sera érigé dans le Quartier de l’innovation.

La Société de transport de Montréal (STM) a profité des festivités du 50e anniversaire du métro pour dévoiler, vendredi, les sept projets qu’elle a retenus pour donner une seconde vie aux voitures de métro MR-63.

Le printemps dernier, la STM avait lancé un appel de projets pour réutiliser les vieilles voitures qui seront retirées de la circulation, avec l’arrivée graduelle des voitures Azur. Elle a reçu 36 propositions.

Deux projets sont décrits comme « à grand déploiement ». C’est le cas de celui des frères Frédéric et Étienne Morin-Bordeleau, qui souhaitent intégrer huit voitures à un bâtiment qui devrait être érigé dans le Quartier de l’innovation. Au coût estimé de 3,7 millions de dollars, cet immeuble comportera un café-bar au rez-de-chaussée ainsi qu’une galerie d’art aux étages supérieurs.

Le second projet d’envergure est celui de la firme d’architectes Aedifica, qui envisage de construire un complexe multifonctionnel de 27 millions comportant une douzaine de voitures. À l’origine, les concepteurs prévoyaient utiliser 69 voitures, mais la STM a demandé que ce nombre soit réduit à 12. Plusieurs sites sont envisagés pour accueillir l’édifice, dont celui entourant l’édicule de la station de métro Saint-Laurent. Les voitures émergeraient des façades vitrées « comme si elles avaient surgi de la station de métro pour envahir un projet immobilier », explique l’architecte Alain Bergeron.

Usages multiples

Parmi les autres projets figure celui d’étudiants de Polytechnique Montréal qui proposent d’installer une voiture de métro dans le FAB LAB de l’université, afin d’en faire un lieu de rencontre, de création et de détente.

Le TAZ voudrait faire l’acquisition d’une voiture, tout comme le Collège Montmorency, qui s’en servirait pour la formation des futurs pompiers. L’artiste Michel De Broin — qui a créé Revolutions, l’escalier noué situé à côté du métro Papineau — a l’intention d’utiliser 16 portes de MR-63 pour concevoir une oeuvre.

Pour leur part, les Jardins de Métis suggèrent d’installer une voiture dans leurs espaces destinés aux créations contemporaines. « C’est un clin d’oeil au fait que presque la moitié de nos visiteurs viennent de Montréal », a expliqué Alexander Reford, directeur de l’établissement.

La STM conservera quelques voitures et en cédera une au Musée ferroviaire de Saint-Constant, mais les autres seront envoyées au recyclage, a indiqué le président du conseil d’administration de la STM, Philippe Schnobb.

L’acceptation des sept projets n’est pas définitive, car certaines conditions devront être respectées, a prévenu la STM.

L’annonce de la STM, qui a eu lieu au métro Place-des-Arts, a attiré des syndiqués de la Ville venus protester contre le projet de loi 110, qui doit encadrer les négociations de conventions collectives. Ils ont été particulièrement bruyants lorsqu’une vidéo du maire Denis Coderre a été présentée à l’auditoire.

Philippe Schnobb n’a pas semblé se formaliser de leur présence. « Si on a décidé de profiter de l’événement pour faire valoir d’autres points, ça fait partie de la démocratie », a-t-il commenté.

2 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 14 octobre 2016 11 h 47

    les belles choses doivent etre utilisées bellement

    je trouve ca assez beau comme pavillon dans une forest genre Mont st Bruno ce serait tres beau surtout en automne ou les îles de Boucherville avec vue sur le fleuve ,avec un petit pic nik a l'avenant, je pense que j'y passerais des apres-midi a voir les oiseaux venir y voltiger, en fait quand les choses son belles elles sont agréables a fréquenter, ce métro fut une belle chose pour Montreal et sont toujours beaux, ce fut un tres bon coup du maire Drapeau, les gens ne réalise pas comment ils furent importants pour faire de Montreal une ville moderne, ca faisait plus d'un sciecle que nous l'attendions, il ne faudrait pas laisser des ferrailleurs en faire leur terrain de jeux.

  • Michele Dorais - Inscrite 15 octobre 2016 10 h 02

    De futures épaves qui rouilleront sur place

    Ces véhicules ne sont pas beaux. Ils sont utilitaires. De vouloir les transformer en oeuvre d'art, en espace de travail ou encore convivial est bien honorable. Personne n'est contre la vertu. Mais comme pour toute chose tendance, d'inspiration plus ou moins heureuse, je ne peux m'empêcher que d'y voir de futures épaves rouillées et décrépites. Remarquez qu'il y a de la beauté dans la dramatique déchéance. Mais je n'y verrai alors que le souvenir de vieilles carcasses de voitures abandonnées dans les champs d'un temps révolu.