Ville intelligente: Montréal veut recruter 115 professionnels

Denis Coderre veut faire de Montréal une ville intelligente.<br />
 
Photo: Songquan Deng Getty Images Denis Coderre veut faire de Montréal une ville intelligente.
 

Montréal s’est lancée dans une vaste opération de recrutement afin de regarnir les effectifs de son Service des technologies de l’information. La Ville cherche à pourvoir 115 postes de professionnels pour son service qui doit lui permettre de devenir la ville la plus intelligente du monde l’an prochain.

En 2015, alors qu’il présentait son rapport annuel, l’ex-vérificateur général de la Ville, Jacques Bergeron, avait qualifié le Service des technologies de l’information de « shop informatique de bas niveau ». Jacques Bergeron soulignait notamment que ce service n’était pas en mesure de gérer avec efficacité les systèmes informatiques de la Ville.

Ce service avait aussi fait parler de lui lorsqu’une fraude avait été dévoilée en 2009. L’ex-chef de la Direction des systèmes d’information (DSI), Gilles Parent, avait d’ailleurs été condamné à six ans de pénitencier pour avoir détourné 4,6 millions au moyen d’un système sophistiqué de préfacturation et de prête-noms.

D’importantes mesures de redressement ont été mises en place après cet épisode, sans compter l’ambition de Denis Coderre de faire de Montréal une ville intelligente.

« C’est un redressement majeur pour un service qui va être appelé à jouer un rôle prépondérant dans toutes les activités de la Ville pour les 5 à 10 années à venir », explique Harout Chitilian, responsable des technologies de l’information et de la ville intelligente au comité exécutif.

La semaine dernière, la Ville a créé une page Web, « Je code ma ville », pour afficher les postes offerts : administrateurs de réseaux, architectes de solutions TI, développeurs et chargés de pratique font partie des postes de professionnels à pourvoir. Depuis le lancement le 6 octobre dernier, la Ville a reçu quelque 1500 curriculum vitae.

Il s’agit de la troisième vague d’embauches pour ce service qui comptera quelque 600 employés. Au printemps 2015, la Ville avait engagé 10 cadres pour remettre le service sur les rails. Puis, au début de l’année 2016, elle a procédé à l’embauche de 40 personnes. L’arrivée éventuelle de 115 autres employés n’augmentera pas la masse salariale du service et respectera les compressions imposées à l’ensemble des services de la Ville avec son Plan quinquennal de main-d’oeuvre (PQMO), assure M. Chitilian. « On n’ajoute pas de postes additionnels dans l’équipe. On pourvoit des postes vacants », a-t-il dit. Ainsi, le service comptera l’équivalent de 598 années-personnes en 2016, contre 605 en 2015.

Outre l’ambition qu’elle a de devenir la ville la plus intelligente au monde en 2017, Montréal veut se doter de nouveaux outils numériques tels que des applications permettant de suivre le processus d’octroi de contrats ou de diffuser en temps réel les données sur la criminalité.

Inquiétudes

L’opposition convient que le service informatique de la Ville avait besoin d’une sérieuse mise à niveau compte tenu des progrès technologiques. Les bogues dans le réseau informatique sont fréquents, admet la conseillère de Projet Montréal Émilie Thuillier.

À titre d’exemple, elle cite l’accès sécurisé qui permet aux élus de consulter les documents du conseil municipal, mais qui flanche si souvent que son utilisation n’est pas recommandée par le greffier. De même, les dossiers liés aux plaintes des citoyens deviennent fréquemment inaccessibles, relate-t-elle

Mais avec ces embauches massives, Mme Thuillier s’inquiète de la capacité de la Ville de respecter son plan d’accès à l’emploi qui vise à recruter des femmes, des personnes handicapées et des membres des minorités visibles.

« Pour moi, c’est ça l’enjeu. Bien sûr, il faut avoir les personnes qui correspondent à nos besoins. Mais c’est historique d’embaucher plus de 100 personnes dans un même service. Donc, il faut bien faire les choses », dit-elle.