Des ascenseurs dans 31 stations de métro d’ici 2022

Il faudra attendre plus de 20 ans, soit en 2038, avant que l’ensemble du réseau soit accessible aux personnes à mobilité réduite, avance la STM.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir

Il faudra attendre plus de 20 ans, soit en 2038, avant que l’ensemble du réseau soit accessible aux personnes à mobilité réduite, avance la STM.

Près de la moitié des stations du métro de Montréal seront accessibles aux personnes à mobilité réduite d’ici 2022. La Société de transport de Montréal (STM) a annoncé mardi que 213 millions de dollars seront investis pour doter 14 stations supplémentaires d’ascenseurs d’ici cinq ans.

À l’heure actuelle, seulement 10 des 68 stations du métro comportent des ascenseurs. Des travaux sont en cours dans trois stations, soit Rosemont, Place-d’Armes et Honoré-Beaugrand, et l’installation d’ascenseurs est prévue dans six autres stations d’ici 2020.

Les 14 stations qui s’ajoutent à la liste, dont Jean-Talon, Jean-Drapeau, Angrignon, Université de Montréal et McGill, porteront à 31 le nombre de stations qui seront accessibles aux personnes à mobilité réduite, aux aînés et aux parents avec poussettes. Mais il faudra attendre plus de 20 ans, soit jusqu’en 2038, avant que l’ensemble du réseau soit accessible, a reconnu la STM.

L’entente Canada-Québec sur les fonds d’infrastructures en transport en commun signée en juillet dernier a permis d’accélérer la cadence des travaux d’accessibilité universelle dans le métro, a indiqué le maire Denis Coderre.

L’installation d’ascenseurs coûte environ 10 millions par station, mais le prix varie en fonction de la complexité des travaux à réaliser, a expliqué le président du conseil d’administration de la STM, Philippe Schnobb. « Vendôme va coûter beaucoup plus cher parce qu’il faut faire un tunnel », a-t-il précisé.

Lors de la construction du métro de Montréal dans les années 1960, les ascenseurs n’avaient pas été prévus, ce qui a valu à la STM de nombreuses critiques.

« L’annonce d’aujourd’hui est un pas en avant. Toutefois, il faut rappeler que la Ville a pris beaucoup de retard en matière d’accessibilité des transports en commun », a commenté le conseiller de Projet Montréal, Craig Sauvé.Depuis l’élection de Denis Coderre à la mairie, une seule station par année a été rendue accessible, alors que, dans son plan de transport de 2008, Montréal comptait en faire trois par année, a-t-il rappelé.

À voir en vidéo