Les villes s’inquiètent de l’échéancier «déraisonnable»

Le réseau proposé compterait 24 stations, 13 stationnements incitatifs et neuf terminus d’autobus.
Photo: Ciasse de dépôt et placement du Québec Le réseau proposé compterait 24 stations, 13 stationnements incitatifs et neuf terminus d’autobus.

L’ambitieux projet de Réseau électrique métropolitain (REM) est doté d’un échéancier « déraisonnable », et les liens censés le raccorder au métro de Montréal sont loin d’être à la hauteur, soutiennent maintenant les villes de l’île de Montréal et Laval, tandis que d’autres municipalités, situées dans les couronnes nord et sud de la métropole, revendiquent elles aussi leurs propres stations.

Groupes, citoyens et municipalités se sont succédé, mardi, au second jour de la deuxième partie des rencontres du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) sur le REM, le mégaprojet d’infrastructures de la Caisse de dépôt et placement (CDPQ).

Le maire de Laval Marc Demers a souligné le « grand inconfort » de sa ville quant au projet, qui comporte « trop d’inconnus », en plus d’être doté d’un échéancier — 2021 — « déraisonnable » selon lui. « Personne ne connaît la teneur exacte du projet, parce qu’encore à ce jour, beaucoup d’éléments restent inconnus. On a un grand inconfort quant au manque d’information », a-t-il indiqué.

Emballées par le projet, la Ville de Montréal et les autres municipalités de l’île insistent toutefois pour que la première phase du projet comprenne des points de correspondance avec le métro aux stations McGill et Édouard-Montpetit, en plus de celui prévu à la gare Centrale, afin de réduire la pression sur cette station et mieux répartir le volume d’utilisateurs du transport en commun. « La gare Centrale ne pourra absorber 100 000 arrivées et jusqu’à 50 000 durant la seule heure la plus achalandée, ont-elles expliqué. Une station unique au centre-ville sera nettement insuffisante et constituerait un facteur limitant qui empêcherait [le REM] de progresser graduellement vers l’atteinte de sa pleine capacité. Nous estimons ces trois stations essentielles dès 2021. »

Elles demandent également d’intégrer la station Bassin-Peel, située dans le secteur Griffintown, au projet initial plutôt que dans une seconde phase, afin de mieux desservir ce quartier en ébullition.

À Chambly, Saint-Jean-sur-Richelieu et… Mirabel

Mais alors que la veille, l’Union des producteurs agricoles (UPA) dénonçait l’étalement urbain qui pourrait découler du projet, notamment en raison du positionnement de son terminus Rive-Sud au sud de l’autoroute 30, en plein territoire agricole, les municipalités de Chambly, Saint-Jean-sur-Richelieu et Mirabel souhaitent voir le REM se rendre jusque chez elles, ce qui prolongerait le REM de quelques dizaines de kilomètres, autant au nord qu’au sud.

Le projet actuel incitera les résidants de Saint-Jean-sur-Richelieu à conduire jusqu’à la gare de Brossard, plutôt qu’à emprunter l’autobus à proximité de leur domicile en direction de Montréal, a souligné le maire de la localité, Michel Fecteau. CDPQ Infra s’est jusqu’à maintenant montrée peu encline à donner suite à ces revendications, rappelant que c’est le gouvernement du Québec qui a déterminé les modalités du projet.

Rappelons que le réseau proposé compterait 24 stations, 13 stationnements incitatifs et neuf terminus d’autobus permettant de relier la Rive-Sud, la Rive-Nord, Laval et l’Ouest-de-l’Île à la gare Centrale de Montréal. Le coût de ce projet de transport collectif est estimé à 5,5 milliards et serait mis en service au quatrième trimestre de 2021, un échéancier critiqué par un grand nombre d’intervenants au cours des derniers jours, qui font également valoir que les fonds accordés au projet auraient pu être investis dans le réseau existant de la Société de transports de Montréal (STM) et de l’Agence métropolitaine de transport (AMT). Les audiences du BAPE se poursuivent jusqu’au 30 septembre.


 
1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 28 septembre 2016 08 h 20

    relier la Rive-Sud, la Rive-Nord, Laval ?

    Affirmation incomplète et biaisée. Le projet présenté relie le secteur sud-OUEST de la Rive-Sud, la pointe extrème-OUEST de Laval et l'extrémité OUEST de la Rive-Nord à la Gare Centrale.