Projet Montréal vise Coderre le «colosse»

Le chef intérimaire de Projet Montréal, Luc Ferrandez, avait annoncé en janvier qu'il ne serait pas de la course.
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir Le chef intérimaire de Projet Montréal, Luc Ferrandez, avait annoncé en janvier qu'il ne serait pas de la course.

Le lancement de la course à la chefferie de Projet Montréal, à laquelle participe un seul candidat jusqu’ici, a pris des airs de campagne électorale, lundi, quand le chef intérimaire du parti s’est attaqué au maire Denis Coderre.

« Cette course-là, c’est clair que ce n’est pas un walk in the park pour aller battre M. Coderre à la prochaine élection », a lancé, d’emblée, Luc Ferrandez. À son avis, Denis Coderre est « un colosse, mais un colosse aux pieds d’argile ».

« M. Coderre, ce n’est pas une vedette lorsqu’il parle de la gestion des chiens à Montréal ; M. Coderre, ce n’est pas une vedette auprès des cyclistes et des piétons qui se font écraser chaque jour ; M. Coderre, ce n’est pas une vedette auprès des gens en logement social », a martelé le maire du Plateau-Mont-Royal.

La course à la chefferie de Projet Montréal, qui se terminera avec un vote le 4 décembre, compte pour l’instant un seul candidat. Il s’agit de François Limoges, conseiller dans Rosemont–La Petite-Patrie, qui a confirmé sa mise en candidature en mai.

Ferrandez ne se lance pas

Si les noms de ses concurrents demeurent inconnus, une certitude est ressortie du point de presse de Projet Montréal, lundi : le chef intérimaire, Luc Ferrandez, ne sera pas de la course. « Il y a énormément de choses à faire encore sur le Plateau. […] Mes intentions n’ont pas changé », a-t-il déclaré. À son avis, son parti est en mesure de battre celui du maire Coderre, qui l’a devancé de près de sept points de pourcentage en 2013. « C’est une vedette auprès de ceux qui ne s’intéressent pas à la politique municipale, de ceux qui s’intéressent à l’image », a-t-il lancé.

Selon le maire Ferrandez, Projet Montréal puise sa force dans les idées, notamment celles qui se rapportent à l’urbanisme, au logement ou au transport.

Les participants à la course à la direction ont jusqu’au 15 octobre pour annoncer leur mise en candidature. Un débat aura lieu 15 jours plus tard.

1 commentaire
  • Jean Richard - Abonné 6 septembre 2016 09 h 44

    Attention aux gaffes

    Monsieur Ferrandez devrait faire attention aux gaffes. Ses adversaires sauteront sur l'occasion pour lui lancer des tomates et ça va nuire à Projet Montréal.

    Parmi les adversaires de Projet Montréal, il y a, bien sûr, Radio-Canada. L'animateur matinal de la radio des automobilistes n'a pas raté l'occasion de décocher quelques flèches à l'endroit du maire du Plateau, joignant sa voix à celle de Chantale Hébert pour affirmer que M. Ferrandez insultait les Montréalais (en soulignant le rôle de l'image dans la popularité de M. Coderre – et il faut être aveugle pour ne pas voir que M. Coderre joue bel et bien sur l'image bien plus que sur la politique municipale).