REM : la Caisse de dépôt vise un achalandage quotidien de 141 000 passagers en 2022

Dans le cadre des travaux du BAPE, CDPQ Infra a dévoilé mardi le sommaire des études d’achalandage préliminaires pour son projet de train électrique.
Photo: CDPQ Infra Dans le cadre des travaux du BAPE, CDPQ Infra a dévoilé mardi le sommaire des études d’achalandage préliminaires pour son projet de train électrique.

Avec la construction d’un Réseau électrique métropolitain (REM), la Caisse de dépôt et placement du Québec espère transporter quotidiennement 141 000 passagers dès 2022, dont plus de 74 000 dans l’axe du pont Champlain.

Dans le cadre des travaux du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), CDPQ Infra a dévoilé mardi le sommaire des études d’achalandage préliminaires pour son projet de train électrique.

Sur l’ensemble du réseau de 67 km qui reliera Brossard à Sainte-Anne-de-Bellevue, avec des liens vers l’aéroport Montréal-Trudeau et Deux-Montagnes, CDPQ Infra anticipe près de 36,8 millions de déplacements annuellement à compter de 2022, deux ans après la mise en service des premières rames. Ce nombre pourrait grimper à près de 48,8 millions en 2041.

À titre indicatif, l’Agence métropolitaine de transport (AMT) a enregistré un achalandage de 80 000 passagers par jour et de 18,8 millions de déplacements en 2015 sur ses six lignes de trains de banlieue.

Un corridor achalandé

Le segment situé dans l’axe du pont Champlain sera le plus achalandé avec 74 300 passagers quotidiennement en 2022 et 93 300 en 2041. Il s’agit là d’un « scénario conservateur », a précisé CDPQ Infra.

À l’heure actuelle, CDPQ Infra estime à 30 400 le nombre d’usagers des transports en commun qui empruntent ce corridor reliant Montréal et à Rive-Sud à l’heure de pointe du matin. Ces données de 2013 sont basées sur le nombre d’autobus qui traversent le pont Champlain chaque matin (environ 450) et les usagers de la Société de transport de Montréal (STM) en provenance de l’Île-des-Soeurs. CDPQ Infra conclut donc que le nombre de passagers dans l’axe du pont atteint 60 000 par jour. Selon CDPQ Infra, ce corridor n’enregistrerait donc pas une hausse de 144 % de l’achalandage, tel que l’indiquait Le Devoir dans son édition de mercredi.

Pour ce qui est de la ligne Deux-Montagnes, un circuit saturé avec quelque 31 800 passagers quotidiens, son achalandage grimpera à 47 200 passagers par jour, une hausse de près de 50 %.

Quant au lien vers l’aéroport Montréal-Trudeau, il devrait transporter 2700 voyageurs en 2022, puis 4200 en 2041. Le tronçon vers Sainte-Anne-de-Bellevue devrait être utilisé par 16 800 passagers en 2022 et par 22 500 passagers en 2041.

Le directeur général adjoint de CDPQ Infra, Jean-Marc Arbaud, a fait une brève présentation des prévisions d’achalandage devant les commissaires du BAPE mardi soir. Les données ont été compilées à la lumière de plusieurs études, dont certaines réalisées par l’Agence métropolitaine de transport (AMT), a-t-il expliqué. « L’étude d’achalandage finale sera remise à la fin du mois d’octobre lorsqu’elle sera finie », a-t-il ajouté.

Quant au transfert modal, qui illustre le choix que font les automobilistes pour le transport en commun, CDPQ Infra l’évalue à 75 000 km/auto épargnés en 2022 pour l’ensemble du REM.

Des terrains à acquérir

Les audiences du BAPE sur le projet de REM, qui avaient commencé lundi soir, se sont poursuivies mardi avec les questions du public. Plusieurs enjeux ont été soulevés, dont celui des terrains que CDPQ Infra devra acquérir, soit par voie d’expropriation soit par achat de gré à gré, pour la réalisation de son projet. Jean-Marc Arbaud a estimé de 300 à 400 millions le coût de ces acquisitions.

La question des durées de parcours entre la Rive-Sud et Montréal a aussi été discutée. Bien que les passagers devront descendre des autobus pour monter dans le REM, les dirigeants de CDPQ Infra ont vanté l’attrait du REM en insistant sur la fréquence élevée des départs.

Le promoteur a également précisé quelques éléments techniques comme la taille des voitures de type « métro léger » du REM. D’une longueur de 20 mètres et d’une largeur de 3 mètres, ces voitures pourront transporter 150 personnes et seront au nombre de quatre par rame aux heures de pointe et de deux en période hors pointe.

Les audiences du BAPE sur le REM, qui sont présidées par Denis Bergeron, se poursuivront mercredi et jeudi. Le dépôt de mémoires débutera le 26 septembre prochain. Le BAPE doit déposer son rapport au plus tard le 28 décembre 2016.