Coderre réclame la suspension des audiences sur Énergie Est

<em>«Je ne suis pas sûr de l’impartialité du processus»</em>, a dit le maire Coderre lors d’un point de presse à l’hôtel de ville jeudi après-midi.
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne «Je ne suis pas sûr de l’impartialité du processus», a dit le maire Coderre lors d’un point de presse à l’hôtel de ville jeudi après-midi.

Le maire de Montréal demande à ce que les audiences de l’Office national de l’énergie (ONE) sur le projet de pipeline Énergie Est soient reportées. Elles doivent normalement se tenir lundi à Montréal.

« Je ne suis pas sûr de l’impartialité du processus », a dit le maire Coderre lors d’un point de presse à l’hôtel de ville jeudi après-midi.

Deux des commissaires qui sont chargés d’étudier le pipeline ont rencontré Jean Charest alors qu’il était consultant pour TransCanada. Les notes de leurs échanges, dévoilées par Le Devoir, montrent qu’Énergie Est a été au coeur de leurs discussions.

« Je dois vous avouer que comme président de la CMM [Communauté métropolitaine de Montréal] et maire de Montréal, avec ce que je vois présentement, on a besoin de suspendre le processus et de s’y pencher particulièrement », a-t-il insisté, faisant directement référence aux discussions entre le lobbyiste et les commissaires.

Deux requêtes soumises

À la suite de ces révélations, deux requêtes ont été soumises à l’ONE. Le groupe Ecojustice et l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) ont tous deux exigé la récusation de deux des trois commissaires chargés de l’examen du projet.

L’ONE a fait savoir mardi à ces deux groupes qu’il avait décidé de s’en remettre à un examen ultérieur des requêtes. « L’Office a décidé d’opter pour un processus par écrit afin d’étudier ces requêtes, peut-on lire dans la lettre de l’organisme fédéral. Les commentaires à ce sujet et sur toute question connexe doivent être présentés d’ici le 7 septembre 2016. L’Office les examinera et établira ensuite d’autres étapes. » Il précise aussi dans cette lettre qu’aucun exposé oral à ce sujet ne sera entendu pendant la séance du comité.

Une réponse qui ne satisfait pas le maire Coderre. « S’il y a des faits qui sont troublants, plutôt que de dire “envoyez-nous ça par écrit et on va voir ce que ça va faire au bout de la ligne”, on devrait dire “prenez un break ». Il ajoute avoir l’intention d’en parler dans la présentation que la Ville de Montréal doit faire devant l’ONE.

Rappelons que la CMM, présidée par le maire Coderre, a déjà fait savoir que le projet Énergie Est, dans sa forme actuelle, est inacceptable pour les élus de la région.

Consultez notre carte interactive et notre page sur le projet d'Énergie Est

 

14 commentaires
  • Josée Duplessis - Abonnée 25 août 2016 20 h 27

    LEs libéraux sont partout même après leur sortie du gouvernement
    C'est une autre sorte de pouvoir.
    C'est aussi à mon avis pas très démocratique. Ils ont beaucoup de pouvoir entre les mains même s'ils ne sont pas élus.
    Tout ce que l'on peut dire c'est qu'ils ont beaucoup d'amis dans le monde politique.

    • Luc Falardeau - Abonné 26 août 2016 13 h 43

      Historiquement, on appelle cela l'aristocratie. Le pouvoir occulte qui reste après que les gouvernements élus changent.

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 25 août 2016 20 h 58

    Jean Charest

    le plus grand traitre élu de l histoire du Québec jusqu'a maintenant.

    • Gilles St-Pierre - Abonné 26 août 2016 00 h 38

      Oui en effet M. Grisé et on peut dire que c'est ce qui défini le mieux le PLQ dans son ensemble.

    • Raymond Chalifoux - Inscrit 26 août 2016 09 h 48

      Mais Couillard le dépassera au fil d'arrivée. Stay tuned.

  • François Beaulne - Abonné 26 août 2016 01 h 01

    Il a raison

    Le maire Coderre dit tout haut ce qu'une majorité de Québécois pense tout bas. Si Couillard avait autant de courage et de fermeté on ne parlerait plus d'Energie Est. Ce dossier pathétique serait depuis longtemps mort et enterré, comme c'est presque le cas en Colombie Britannique. Il faut également saluer la détermination et la prise de position ferme des Premières Nations du Québec contre ce projet, tout comme l'ont fait celles de Colombie Britannique.
    A voir agir si mollement le gouvernement Couillard on commence à se demander si des élections à date fixe est une si bonne idée que ça.

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 26 août 2016 06 h 23

    Denis Coderre serait-il deja pret

    a prendre la défense de Montreal et du Québec en général en réalisant les attaques tout azimut d'Ottawa sur la "Belle Province ? Sera-t-il le futur défenseur du "Maitre chez nous."devant la vacuité du cabinet Couillard sans vision , sans dessein et a plein ventre devant Ottawa et le ROC.Toujours debout les défenseurs de notre territoire et de ses citoyens.

  • Colette Pagé - Abonnée 26 août 2016 08 h 01

    La sphère politique a horreur du vide !

    Comme la sphère politique a horreur du vide et que le PM reste étonnament silencieux pour défendre vigoureusement et avec détermination les intérêts du Québec, des voix comme celle du maire de Montréal et du Ministre de la santé se lèvent pour dénoncer des situations intolérables comme le manque d'impartialité de deux membres de l'Office national de l'Énergie et sur le silence d'Ottawa à dévoiler ses contributions en santé qui à l'origine étaient de 50 % et qui désormais sont réduites comme peu de chagrin à 20 %.

    Le veillissement de la population relié à l'augmentation des coûts de santé, le Fédéral ne le connaît pas !