L’autoroute Bonaventure démantelée

Le maire Denis Coderre a foulé l’autoroute comme l’avait fait Jean Drapeau lors de la construction du premier tronçon, en 1966. La nouvelle autoroute sera baptisée Robert-Bourassa.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le maire Denis Coderre a foulé l’autoroute comme l’avait fait Jean Drapeau lors de la construction du premier tronçon, en 1966. La nouvelle autoroute sera baptisée Robert-Bourassa.

Cinquante ans après son inauguration, l’autoroute Bonaventure tombera sous le pic des démolisseurs d’ici la fin du mois de novembre. La Ville a entrepris lundi la dernière phase du démantèlement de l’axe routier construit pour l’Expo 67 par l’administration de l’ex-maire Jean Drapeau.

L’autoroute surélevée sera détruite morceau par morceau entre les rues de la Commune et William pour faire place à un boulevard urbain aménagé au niveau du sol avec des feux de circulation aux intersections des rues qu’il croise.

Ça faisait partie du courant en matière de planification urbaine. Ce n’est pas une critique du passé. Je pense que c’était nécessaire à l’époque.

 

Lors d’une visite du chantier mercredi, le maire Denis Coderre a qualifié de « moment historique » le démantèlement de la structure autoroutière dont la construction en 1966 avait entraîné l’expropriation de 305 familles. « Ça faisait partie du courant en matière de planification urbaine. Ce n’est pas une critique du passé. Je pense que c’était nécessaire à l’époque », a commenté le maire.

Troittoirs de sept mètres

Bordé de trottoirs de sept mètres, le nouveau boulevard comportera quatre voies vers le nord et cinq vers le sud pour permettre le passage de 4500 véhicules à l’heure en période de pointe. La construction du train de la Caisse de dépôt et placement, qui traversera le futur pont Champlain, pourrait éventuellement réduire le volume de circulation tant des voitures que des autobus, croit le maire. Des espaces verts d’une largeur de 42 mètres seront aménagés au centre des voies et accueilleront l’oeuvre monumentale de l’artiste catalan Jaume Plensa. Le projet d’abaissement des voies avait été décidé par l’administration du maire Gérald Tremblay.

Défi d’aménagement

Chef de la division des grands projets du Service des infrastructures, de la voirie et des transports à la Ville, Pierre Sainte-Marie affirme que ces espaces seront fréquentés par les piétons même si ceux-ci devront traverser cinq voies de circulation pour y parvenir. « Tout le défi sera dans l’aménagement des lieux afin d’en faire des endroits agréables et attirants. »

Le nouveau boulevard, qui portera le nom de Robert-Bourassa, devrait être inauguré en septembre 2017. Le budget de 141,7 millions sera respecté, a indiqué la Ville.

1 commentaire
  • Robert Beauchamp - Abonné 7 juillet 2016 20 h 39

    La fête

    Fallait pas rater l'occasion. Une fête d'envergure nationale qui sert d'occasion à célébrer selon la mode libérale. Pourquoi encore une fois changer de nom? Coderre qui a le sens du marketing sait bien que ce nom va être prononcé des milliers de fois par jour tout comme l'appellation de l'aéroport Trudeau qui fut effectuée en catimini.