Pas encore de changement prévu pour atteindre la parité, dit Coderre

Le maire de Montréal, Denis Coderre, considère que la parité hommes-femmes au comité exécutif est un « objectif à atteindre », mais il ne prévoit pas effectuer de changement dans l’immédiat pour y arriver.

À la veille de la Journée internationale des femmes, Projet Montréal a fait le point lundi sur la place des femmes à la Ville de Montréal et a dénoncé le manque de leadership de l’administration Coderre en matière de parité. « Le pourcentage de femmes dans la fonction publique stagne depuis 2007, alors qu’au comité exécutif, les femmes ne représentent que 31 % des élus », a dénoncé la conseillère Marie-Andrée Mauger.

« Je suis sensible à la question de la parité, on travaille en ce sens, a réagi le maire Coderre. C’est un objectif à atteindre. »

Cela dit, la composition du comité exécutif ne sera pas modifiée dans l’immédiat. « Pour l’instant, il n’y aura pas de changement », a-t-il indiqué.

Le maire a précisé que son équipe avait fait élire une femme lors de l’élection partielle dans Outremont, l’an dernier, et que Christine Black sera sa candidate pour l’élection au poste de maire dans l’arrondissement Montréal-Nord, le 24 avril.

Pour ce qui est de l’administration municipale, M. Coderre a ajouté qu’une « stratégie » serait nécessaire pour accroître la présence des femmes. « On doit s’assurer qu’il y ait une bonne représentativité. C’est vrai pour les femmes, c’est vrai aussi pour la diversité », a-t-il dit.

À l’écart du pouvoir

Dans son bilan, Projet Montréal a fait remarquer que la ville compte 44 élues sur un total de 103 sièges. « Même si, depuis 2013, [43 %] des élus de Montréal sont des femmes, la parité n’est pas atteinte dans l’exercice du pouvoir », a constaté la conseillère Valérie Plante, puisque les femmes occupent 53 % des postes de conseiller d’arrondissement, mais seulement 21 % des postes de maire.

« Le maire Coderre ne contrôle pas le nombre de femmes élues à la Ville, mais il a l’entière responsabilité des nominations au comité exécutif, a insisté Mme Plante. Si Justin Trudeau est parvenu, en 2015, à nommer un Conseil des ministres paritaire, qu’est-ce qui empêche Denis Coderre, en 2016, de mettre sur pied un comité exécutif paritaire ? »

Projet Montréal a par ailleurs demandé à M. Coderre de mettre en oeuvre une politique de conciliation travail-famille pour la fonction publique montréalaise. Lundi, le maire s’est contenté de souligner l’importance qu’il accorde à ce dossier. La conciliation travail-famille « doit se refléter à tous les niveaux », a-t-il répondu.


 

Consultez la suite du dossier

Faire échec aux «trois trop»

Faire échec aux «trois trop»

Environ trois femmes meurent chaque heure de causes liées à la maternité en Afrique de l’Ouest francophone. Pour lutter...