La colère gronde chez les syndicats

Photo: Vlad G / CC

Le mécontentement des employés de la Ville de Montréal ne s’apaise pas. Alors que les cols blancs entendent débrayer la semaine prochaine, le syndicat des professionnels s’apprête à déposer un grief contre l’employeur en lien avec l’embauche d’un consultant payé 1800 $ par jour pour l’accueil des réfugiés syriens.

Accusant l’employeur de vouloir confier à des firmes externes une partie des services municipaux et dénonçant les compressions qui leur sont imposées, les 8000 cols blancs comptent exercer une demi-journée de grève le mercredi 9 décembre prochain alors qu’aura lieu, à l’hôtel de ville, une assemblée du conseil municipal pour l’adoption du budget 2016 de la Ville.

« Le maire Coderre est peut-être populaire dans la population, mais il ne l’est pas auprès de ses employés.Pendant que le maire embauche ses chums, nous, on subit le programme de réduction de main-d’oeuvre », a affirmé le président du Syndicat des fonctionnaires municipaux, Alain Fugère, en faisant référence au contrat accordé à l’ex-sous-ministre fédéral Michel Dorais pour coordonner l’accueil des réfugiés à Montréal. M. Dorais recevra un salaire de 1800 $ par jour pendant trois mois.

Sans contrat de travail depuis 2012, les cols blancs n’ont pas rompu les négociations, mais la colère gronde, soutient M. Fugère : « La Ville se magasine un conflit de travail en 2016 si elle ne change pas d’attitude », dit-il.

Un grief

De son côté, le Syndicat des professionnels compte déposer un grief ce mercredi afin de contester l’embauche de Michel Dorais. La présidente du syndicat, Linda Gamache, estime que compte tenu de la description des tâches accomplies par M. Dorais, le travail aurait dû être confié à un membre de son syndicat. De plus, dit-elle, une clause de la convention collective interdit aux professionnels d’être subordonnés à un consultant extérieur. « Les relations de travail n’ont jamais été aussi mauvaises que depuis l’arrivée de M. Coderre et d’Alain Marcoux [directeur général de la Ville] », a souligné Mme Gamache. Mardi, l’Association des pompiers de Montréal a joint sa voix à celle des autres syndicats. Le président Ronald Martin a dénoncé l’abolition de 11 postes au Service de sécurité incendie, qualifiant au passage de « scandaleuse, voire incestueuse » l’embauche de Michel Dorais.