Réfugiés: Montréal se prépare

Montréal prépare le terrain en attendant l’arrivée de réfugiés syriens et irakiens. Lors d’une rencontre avec des intervenants du milieu institutionnel et communautaire jeudi matin, le maire, Denis Coderre, a mis en place des comités qui devraient faciliter la coordination de l’accueil des réfugiés.

Une cinquantaine de personnes ont participé à la rencontre présidée par M. Coderre. Parmi elles figuraient des représentants des commissions scolaires, des organismes d’aide aux réfugiés, des différents ministères de même que des Forces armées canadiennes.

Quatre comités ont été créés. Le premier, qui sera dirigé par Denis Coderre, se consacrera aux relations gouvernementales, « pour que les messages puissent passer », a précisé le maire. Le second s’attardera aux questions d’hébergement et d’éducation et sera présidé par le responsable de l’habitation au comité exécutif, Russell Copeman. Le comité sur l’intégration et le milieu communautaire a été confié aux élus Jim Beis et Monique Vallée alors que celui chargé des questions de sécurité sera coordonné par Anie Samson.

Héberger les réfugiés

« Une des raisons pour lesquelles on a fait cette rencontre et que j’ai mis en place ces cellules d’opération, c’est pour s’assurer que ça ne tombe pas dans le slack. On travaille avec des individus. Ce ne sont pas des statistiques », a expliqué le maire Coderre en rappelant que la Ville de Montréal avait embauché l’ancien sous-ministre d’Immigration Canada Michel Dorais pour coordonner l’accueil des réfugiés dans la métropole.


« Le message qu’on envoie, c’est que la Ville de Montréal et tous les intervenants parlent d’une seule et même voix. On veut accueillir les réfugiés syriens et irakiens », a indiqué M. Coderre.

De son côté, la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel-Bourdon, a indiqué à Radio-Canada que les écoles de son réseau pourraient accueillir entre 500 et 900 élèves du préscolaire, primaire et secondaire, en plus des étudiants adultes en francisation. Reste que Montréal ignore combien de réfugiés elle accueillera, tout comme les douze autres villes québécoises qui en recevront. Le plan du ministre fédéral de l’Immigration, John McCallum, est attendu dans les prochains jours.

Surtout à Montréal

Le Québec devrait accueillir 5750 réfugiés. Stephan Reichhold, directeur de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes, s’attend à ce que Montréal accueille la majorité des 3000 réfugiés parrainés par des organismes privés. Quant aux 2700 réfugiés pris en charge par l’État, il faudra attendre le plan du gouvernement fédéral et les intentions de Québec pour savoir vers quelles municipalités ils seront dirigés. « C’est très difficile d’évaluer les besoins exacts. Ce sera un défi pour écoles, car on s’attend à recevoir beaucoup d’enfants », a souligné M. Reichhold.

Le maire Coderre a suggéré que des immeubles vacants, tels que des anciens hôpitaux, puissent être utilisés pour héberger temporairement des réfugiés. Stephan Reichhold croit que l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants se prêterait bien à ce type d’hébergement. « Il est vide, il est chauffé et éclairé. Il y a des chambres. Les locaux sont tout à fait viables et en très bon état », a-t-il indiqué. Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) n’a pas rappelé Le Devoir à ce sujet.

2 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 20 novembre 2015 09 h 32

    Une dérogation...?

    Le maire Coderre a déclaré hier que la concertation scolaire inclue les commissions scolaires anglophones.

    Est-ce une autre façon d'en passer une " p'tite vite"...

    Parce que ça prend une dérogation tous ces enfants doivent être francisés. Va-t-on maintenant confier la francisation de ces gens aux anglais...

    Coderre a glissé rapidement sur cette information. Et Couillard....?

  • Yves Corbeil - Inscrit 20 novembre 2015 11 h 03

    Entre 2 et 5000 personnes dans les hopitaux, écoles et/ou édifices abandonné. Avec des BBQ tous le tour car vous savez quoi ils doivent mangé ce monde là et la bouffe de restaurants c'est pas l'idéal, peut-être ont-ils même le goût de mangé comme chez eux avant, peut-être on jase là.

    Arrêtez de dire des niaiseries et pensez, pensez au lieu de vous faire de la pub tv à tous les jours avec vos idées pas vraiment développés.

    Et le système scolaire qui nous dit tous le jours que c'est la catastrophe, que les coupures les laisses avec une hécatombe. Maintenant tous le monde est près à recevoir tous les nouveaux arrivants, les services sont là et disponibles, il manque justes les enfants???

    J'ai tu manqué des nouvelles au cours de la dernière semaine ou on fouille dans nos cachettes d'écureuils pour suffire à la demande. Je pensais qu'on était dans la dèche.

    Je me demande comment ils nous voient ces gens à l'extérieur du pays, si comme chez nous ils ont des médias qui diffusent la misère en continue direct. Ils doivent pensé que c'est une téléréalité genre la petite vie. Faudrait leur dire que les droits sont pas à vendre, une exclusivité qu'on veux gardé chez nous.