L’ex-maire d’Outremont condamné à six mois de détention

L'ex-maire de l'arrondissement d'Outrement à Montréal, Stéphane Harbour
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L'ex-maire de l'arrondissement d'Outrement à Montréal, Stéphane Harbour

L’ex-maire de l’arrondissement d’Outremont Stéphane Harbour a été condamné mardi à une peine de six mois qu’il pourra purger dans la collectivité.

En janvier dernier, l’ancien maire avait plaidé coupable à des accusations de fraude, fabrication et usage de faux documents. Il avait reconnu avoir falsifié des factures pour des cours d’anglais afin de les attribuer à un employé et d’obtenir un remboursement de la Ville. Il avait aussi admis avoir obtenu des remboursements frauduleux pour deux repas à 200 $ qui avaient été attribués à l’ancien directeur de l’arrondissement, Yves Mailhot. La fraude qui a eu lieu entre 2005 et 2007 atteignait 2200 $.

La juge Louise Villemure, de la Cour du Québec, a estimé que l’absolution demandée par la défense allait à l’encontre de l’intérêt public et a évoqué le caractère répétitif des gestes posés.

« Il ne s’agit pas de gros montants, mais on se retrouve dans une situation où c’était lui [Stéphane Harbour] qui était le gardien du Trésor public. C’est un facteur aggravant », a souligné Me Claude Dussault, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Durant les trois premiers mois de sa peine, Stéphane Harbour devra rester à son domicile 24 heures sur 24 sauf aux fins de son travail. Durant les trois mois suivants, il sera tenu de respecter un couvre-feu et d’être à la maison entre 22 h et 7 h.

Élu comme conseiller municipal en 1995, Stéphane Harbour était devenu président de l’arrondissement d’Outremont en 2001, puis maire. Il a démissionné en 2007 lorsqu’a éclaté la controverse concernant ses dépenses. En 2010, la Sûreté du Québec a procédé à son arrestation dans le cadre de l’opération Marteau, de même qu’à celle de son ex-attaché politique, Jean-Claude Patenaude, et de l’ancien directeur de l’arrondissement, Yves Mailhot.

Coaccusés dans cette affaire, MM. Patenaude et Mailhot devraient subir leur procès l’an prochain.