Plaidoyer pour plus d’autonomie pour Montréal

La présidente et chef de direction du Mouvement Desjardins, Monique F. Leroux
Photo: Michaël Monnier Le Devoir La présidente et chef de direction du Mouvement Desjardins, Monique F. Leroux

Montréal devrait obtenir des pouvoirs accrus et bénéficier d’une plus grande autonomie pour décider de la gouvernance, procéder à des règlements d’emprunt et même décider des heures d’ouverture des bars sans avoir à demander la permission de Québec chaque fois.

Voilà quelques-unes des recommandations faites par un comité dirigé par la présidente et chef de direction du Mouvement des caisses Desjardins, Monique F. Leroux, au maire Coderre dans le cadre des négociations en vue de l’obtention d’un statut de métropole.

Québec s’est engagé à déposer un projet de loi en février 2016 afin de doter Montréal d’un statut de métropole. Monique F. Leroux estime que les 35 recommandations déposées favoriseraient un « partenariat modernisé » entre le gouvernement et la Ville.

Commerces et bars

Le comité recommande notamment que Québec revoie le financement de certaines responsabilités confiées à la Ville de manière à ce que Montréal reçoive un seul transfert basé sur un pourcentage de la TVQ perçue sur son territoire. Il faudrait par ailleurs que Montréal bénéficie d’un financement mieux adapté aux services qu’elle doit assumer à titre de métropole, pour les services policiers spécialisés ou les premiers répondants notamment.

Le groupe de Mme Leroux privilégie une plus grande autonomie de la Ville en matière d’habitation et d’immigration. Montréal devrait pouvoir décider des limites de vitesse dans ses rues et des heures d’ouverture des commerces et des bars sans devoir attendre l’autorisation de Québec. On suggère également que la Ville assume la gestion des bâtiments scolaires.

Au chapitre de la gouvernance, la Ville devrait pouvoir décider elle-même de rapatrier à l’administration centrale certaines fonctions administratives si elle le juge nécessaire.

Denis Coderre a dit accueillir « avec enthousiasme » les recommandations du groupe de travail, sans préciser lesquelles il retiendrait. Il n’a pas voulu préciser combien de points de TVQ il demanderait.

À voir en vidéo