Le ministère de Mulcair a autorisé un rejet de 7,6 milliards de litres en 2003

La ministre fédérale de l’Environnement, Leona Aglukkaq
Photo: Fred Chartrand La Presse canadienne La ministre fédérale de l’Environnement, Leona Aglukkaq

Alors que Thomas Mulcair était ministre de l’Environnement dans le gouvernement libéral de Jean Charest, Québec a autorisé la Ville de Montréal à déverser 7,6 milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent en 2003.

Mardi, le chef du NPD avait dénoncé le rejet d’eaux d’égout dans le fleuve. « L’idée qu’en 2015, on va lâcher des milliards de litres d’eaux usées, crues, dans le Saint-Laurent et dans ses écosystèmes, c’est tellement saugrenu que c’est évident qu’un gouvernement du NPD ne le permettra pas », avait dit Thomas Mulcair.

Or, la Ville de Montréal a procédé à plusieurs déversements massifs dans le passé avec la bénédiction du ministère québécois de l’Environnement, a fait savoir l’administration Coderre, bien qu’à l’époque, ces rejets n’avaient pas été publicisés.

Selon les informations fournies par la Ville, deux déversements ont été effectués en 2003, le premier en mars pour un volume de 10,5 milliards de litres d’eaux usées, puis en novembre lorsque 7,6 milliards de litres ont été rejetés au fleuve sans traitement. En 2005, la Ville a procédé à quatre déversements totalisant 769 millions de litres d’eaux d’égout, mais il n’a pas été possible de confirmer si l’aval de Québec était requis pour ces cas.

Thomas Mulcair a occupé les fonctions de ministre de l’Environnement d’avril 2003 à février 2006.

Décision des péquistes

Lors d’une mêlée de presse mercredi soir, Thomas Mulcair a soutenu que le gouvernement libéral — qui avait pris le pouvoir en avril 2003 — avait dû appliquer une entente conclue entre la Ville et le gouvernement péquiste précédent. « C’était une décision du gouvernement antérieur qui a été exécutée avec notre gouvernement en 2003 », a-t-il indiqué.

Au NPD, on précise que la décision et les conditions reliées à la construction du collecteur industriel avaient été convenues par le gouvernement péquiste le 21 novembre 2002.


« Depuis lors, vous savez que les situations ont changé au Canada, a ajouté M. Mulcair. Et le NPD prend la même position, que ce soit en Colombie-Britannique ou à Montréal. Ce n’est pas vrai qu’en 2015, on va commencer à déverser 10 milliards de litres d’eaux usées dans le Saint-Laurent. »

Le chef néodémocrate a souligné que son parti avait promis d’investir 8,7 milliards de dollars au cours des 20 prochaines années afin de régler les problèmes liés au traitement des eaux usées à travers le pays.

Rappelons que plusieurs villes canadiennes procèdent à des déversements importants chaque année, dont Victoria, en Colombie-Britannique.

En 2013, le ministère des Affaires municipales a dénombré 45 512 cas de surverses dans l’ensemble des municipalités québécoises, lors d’épisodes de pluie abondante notamment.

La ministre Aglukkaq

La querelle entre Montréal et Ottawa s’est poursuivie mercredi. Au lendemain de la décision du gouvernement Harper de demander la suspension du déversement à venir de huit milliards de litres d’eauxusées, la ministre fédérale de l’Environnement, Leona Aglukkaq, a fait savoir sur Twitter que c’est seulement la semaine dernière que son bureau avait été avisé des intentions de Montréal. Son commentaire laissait entendre que la Ville avait omis d’aviser Environnement Canada du projet, bien que Denis Coderre ait affirmé, la veille, qu’Environnement Canada avait été saisi du dossier en septembre 2014.

En fin d’après-midi, le directeur des communications de la ministre a apporté quelques précisions : « Même s’il est clair que des représentants connaissaient dès septembre 2014 les projets de la Ville de Montréal, la ministre en a été mise au courant seulement la semaine dernière », a indiqué par courriel Ted Laking.

« Si la ministre n’a pas eu l’information, elle a un problème de staff ou elle ne s’occupe pas de ses dossiers », a commenté le maire Coderre.

Ultimatum

Mercredi, le maire Coderre était toujours sans nouvelles d’Environnement Canada à la suite de l’ultimatum de trois jours qu’il avait donné aux fonctionnaires fédéraux pour venir discuter du dossier à Montréal. Il n’a pas voulu dire si la Ville irait de l’avant avec le déversement sans l’aval d’Ottawa. « Ottawa ne donne pas d’autorisation, mais Ottawa peut empêcher ou ralentir le processus », a expliqué le maire.

M. Coderre persiste à dire que les travaux dans l’intercepteur sud-est sont nécessaires et que le déversement devra se réaliser entre le 15 octobre et le 15 novembre, faute de quoi les conséquences pourraient être graves pour l’usine d’épuration de Montréal.

Longueuil a déversé 150 millions de litres

Près de 150 millions de litres d’eaux usées ont été déversés dans le Saint-Laurent en mars dernier par la Ville de Longueuil, soit moins de 2 % des rejets prévus à Montréal.
Selon un porte-parole de la Ville, une voie de dérivation avait été aménagée pendant la durée des travaux pour minimiser les rejets. Les débordements auraient néanmoins été inévitables au moment du branchement et du débranchement de cette conduite de secours. Les informations à cet effet avaient été transmises aux ministères provincial et fédéral de l’Environnement, aux citoyens, aux associations de pêcheurs, ainsi qu’aux autorités des municipalités environnantes. Environnement Canada a affirmé pour sa part à d’autres médias ne pas avoir donné d’autorisation à cet effet, mais les fonctionnaires de la Ville de Longueuil assurent posséder des courriels qui prouvent la transmission d’un avis sur ce déversement.
Sarah R. Champagne

Erin Brockovich furieuse

Par ailleurs, la militante écologiste Erin Brockovich a réagi à deux reprises sur sa page Facebook à propos de cet enjeu. Celle qui a révélé une affaire de pollution des eaux potables en Californie interpelle le maire Denis Coderre à plusieurs reprises : « Sommes-nous en 2015? Est-ce que cette ville est considérée comme un acteur majeur sur la scène mondiale? Est-ce la même ville qui a été hôte des Jeux olympiques en 1976? [...] Tout cela est ridicule et honteux. » Et la militante donne le numéro de téléphone pour appeler le maire Coderre. Questionné à ce sujet, M. Coderre a eu ce commentaire : « J’ai adoré le film. Julia Roberts était extraordinaire. Avez-vous une autre question? »
21 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 8 octobre 2015 00 h 58

    La vie ne serait-elle qu'une suite de hasards

    Est-ce possible d'avoir si peu de mémoire par intérêts, voila la rigueur de cet homme révélé au grand jour, mon intuition ne m'a pas trompé, c'est un parvenu, je ne comprend pas que Jack Clinton en ait fait son dauphin, la maladie devait déja altéré son jugement, n'est ce pas un peu le parcour d'Harper qui tout le long de sa carriere a toujours su tiré parti des dissensions jusqu'a devenir un jour premier ministre, que penser de ces hommes politiques, qui font de la politique comme on achète des billets de loteries, ou toute leur carriere est une suite de hasards, la vie ne serait-elle qu'une suite de hasards, que ces gens sont déprimants

    • Sylvain Rivest - Inscrit 8 octobre 2015 15 h 06

      Bof... c'est de la petite politique, comme le niquab!

      Les temps changent, mais y en a qui ne changeront jamais, comme harper. Y a bien des choses qu'on acceptait il y a 10 ans qu'on accepte plus aujourd'hui. Avez-vous besoin d'exemple?

      Que Mulcair ait toléré ça... en 2003?? Quand on voit tout ce qui se jette à la flotte!!! Mais que harper essai de donner une leçon quand on sait que l’Alberta est devenu un déchet environnemental.

  • Steve Carignan - Abonné 8 octobre 2015 01 h 15

    Je veux croire au NPD

    Bien que je désire baser mon vote sur l'administration et les valeurs générales d'un parti, je demeure inquiet et frustré de mon hésitation actuelle que suscite M.Mulair sur l'issue de mon choix. En effet, le fait qu'il a dissimulé le rejet d'eaux usées lorsqu'il était ministre m'inquiète plus que l'action elle-même. Je comprends bien qu'il tente de gagner des votes au Québec, particulièrement suite à sa position controversée sur le niqab. Toujours est-il que cet article vient de prouver que le chef néo-démocrate joue à l'hypocrite et cachait une vérité fondamentalement importante au peuple québécois. Aujourd'hui, j'ai peine à croire au déversement qui prendra cours dans les prochains jours et je souffre à l'idée qu'on nous ai menti à ce sujet douze ans plus tôt. Je veux croire aux valeurs du NPD et au changement. Devrait-on baser notre vote sur le parti lui-même et laisser pour contre les magouilles et l'intégrité du leader de ce dernier ?

    • Gilles Théberge - Abonné 8 octobre 2015 08 h 10

      Hé bine vous avez le choix mon ami. Puisque le NDP s'avère aussi décevant que les autres vous pouvez toujours vous tourner ver le bloc.

      On jase...

    • Marc Davignon - Abonné 8 octobre 2015 08 h 35

      En bref, il vous faut connaitre votre état d'esprits que vous aviez en 2003. Car, selon le raisonnement actuel, le Mulcair de 2003 est exactement le même que celui de 2015. De ce fait (!?), vous n'avez pas de problème, car vous êtes la même personne avec le même raisonnement

      Vous n'avez rien changé de votre raisonnement (les mêmes idées, les mêmes conclusions) même si vous avez acquis de nouvelles informations depuis plus de 12 ans!

      Cela est vrai pour une machine! Êtes-vous une machine?

      Ceci n'est pas pour défendre le comportement des politiciens, mais dénoncer l'attitude fallacieuse qu'ont les gens à utiliser le passé. Et plus le passé est éloigné, plus cela est fallacieux.

    • Marc Davignon - Abonné 8 octobre 2015 09 h 05

      En bref, il vous faut connaitre votre état d'esprits que vous aviez en 2003. Car, selon le raisonnement actuel, le Mulcair de 2003 est exactement le même que celui de 2015. De ce fait (!?), vous n'avez pas de problème, car vous êtes la même personne avec le même raisonnement

      Vous n'avez rien changé de votre raisonnement (les mêmes idées, les mêmes conclusions) même si vous avez acquis de nouvelles informations depuis plus de 12 ans!

      Cela est vrai pour une machine! Êtes-vous une machine?

      Ceci n'est pas pour défendre le comportement des politiciens, mais dénoncer l'attitude fallacieuse qu'ont les gens à utiliser le passé. Et plus le passé est éloigné, plus cela est fallacieux.

    • Jean-Marc Simard - Abonné 8 octobre 2015 09 h 58

      Mulcair est un caméléon...Il prend la couleur du parti qu'il fréquente...

    • David Cormier - Inscrit 8 octobre 2015 10 h 32

      En plus, à ces informations qui font surface selon lesquelles un déversement similaire a eu lieu lorsque M. Mulcair était ministre de l'Environnement, le chef du NPD a ressorti ses vieux réflexes de libéral en répondant avec la bonne vieille cassette usée : "C'était la faute du PQ".

  • Louis-Marie Poissant - Abonnée 8 octobre 2015 01 h 49

    En mètres cubes je vous prie

    7,6 milliards de litres, c'est 7,6 millions de mètres cubes. Le débit des rivières se mesure en mètres cubes par seconde. Par exemple le débit du Saint-Laurent est autour de 10 000 mètres cubes par seconde (sur une base annuelle, à la hauteur de Québec) . C'est déjà assez compliqué comme cela sans rajouter un facteur de 1000.

    • Marc Davignon - Abonné 8 octobre 2015 08 h 35

      Donc, il reste à connaitre le débit!

    • Sylvain Auclair - Abonné 8 octobre 2015 10 h 27

      Elle l'a dit: environ 10 000 m³/s (c'est même plutôt 12 000 à Québec). Donc, 7,6 millions de m³ en une semaine, ça donne 12,5 m³/s. Environ 0,1% du débit.

  • Gilles St-Pierre - Abonné 8 octobre 2015 04 h 09

    Pourquoi ne pas profiter...

    de cette abondance d'eau pour faire les tests du pipeline de Trans Canada vers l'ouest? Tests qui n'ont pas été faits au Québec par soucis d'économie?

    Si jamais ça pète en cours de chemin au moins cette eau aura servi à quelque chose d'utile et si jamais ça se rend... et bien tant pis; on aura au moins sauvé le fleuve pour l'instant en attendant un éventuel déversement accidentel de leur pétrole sale.

    Pauvre fleuve!!! On se fait beaucoup de crédit politique sur son dos et ce Mulcair, une vraie girouette digne d'un libéral déguisé en néo-démocrate mais de l'autre côté, jamais n'aura-t-on vu Harper aussi vert.

    • Roger Tétrault - Abonné 8 octobre 2015 12 h 19

      Cela me confirme que un certain nombre de politiciens ne comprennent pas grand chose: faire un débat politicalleux pour 0.1% de débit dans le fleuve. wow ils n'ont rien d'autres à faire???? On nous demande de voter pour ces gens-là! c'est pas fort

  • Gilbert Turp - Inscrit 8 octobre 2015 07 h 54

    L'environnement nous donne la mesure

    L'attitude des politiciens envers les questions environnementales est révélatrice : nous avons notre lot de louvoiement, contradiction flagrante, double discours, fuite en avant (ou en arrière) et pure et simple incompétence.