Duceppe veut forcer Ottawa à en faire plus

Gilles Duceppe a rencontré le maire de Montréal, Denis Coderre, lundi.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Gilles Duceppe a rencontré le maire de Montréal, Denis Coderre, lundi.

Ottawa n’en fait pas assez en ce qui a trait au financement des infrastructures et devrait alléger le fardeau des villes, a fait valoir le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, qui était de passage à l’hôtel de ville de Montréal lundi matin pour y rencontrer le maire Denis Coderre. Les anciens adversaires de la scène fédérale ont semblé trouver quelques terrains d’entente.

« On n’est pas d’accord sur certains dossiers, mais je sais que c’est un homme sérieux et que, s’il est élu comme député, ça va être un allié pour Montréal », a expliqué le maire Coderre à l’issue de sa rencontre avec le chef du Bloc québécois.

Sur plusieurs dossiers, Gilles Duceppe s’est rangé du côté des villes. En matière d’infrastructures, il a plaidé en faveur d’une nouvelle formule de partage des dépenses afin que le gouvernement fédéral en assume une part plus importante. Ainsi, plutôt qu’un partage égal entre les trois ordres de gouvernement, il a suggéré qu’Ottawa assume la moitié de la facture, contre le tiers pour les provinces et le sixième pour les municipalités. « Il y a beaucoup d’argent qui va au fédéral et au provincial par le biais des taxes et des impôts, ce qui ne revient pas aux municipalités. On pense qu’il y a urgence d’intervenir », a-t-il expliqué.

Au sujet de Postes Canada, Gilles Duceppe est d’avis que la société de la Couronne devrait être obligée d’obtenir la permission des villes avant d’intervenir sur leurs territoires et même sur les pelouses des citoyens. « C’est archaïque. Ça remonte à des privilèges royaux de 1869 » a-t-il dit.

Questionné sur ce qu’il pourrait offrir à la métropole même si son parti est condamné aux banquettes de l’opposition, Gilles Duceppe a rétorqué qu’en 2007, le Bloc avait été en mesure d’obtenir pour le Québec des investissements 3,3 milliards de dollars. « On risque fort probablement d’avoir un gouvernement minoritaire. Je crois qu’en ayant la balance du pouvoir, ça peut être une carte dans les mains du Québec et de Montréal », a-t-il fait valoir.

Des fonds pour le 375e

Selon M. Duceppe, le gouvernement fédéral devrait aider financièrement Montréal pour les célébrations de son 375e anniversaire même si cet argent devait être puisé dans les fonds du 150e de la Confédération qui aura aussi lieu en 2017.

Finalement, le chef bloquiste a réitéré son opposition au projet de pipeline Énergie Est qui traversera 70 municipalités québécoises dont Montréal, écorchant au passage ses adversaires Thomas Mulcair, chef du NPD, et Justin Trudeau, du Parti libéral du Canada, pour leurs positions ambiguës dans ce dossier.

 

Gilles Duceppe est le troisième chef de parti fédéral, après Justin Trudeau et Elizabeth May, à s’arrêter à l’hôtel de ville dans le cadre de la campagne électorale. Denis Coderre leur avait soumis 26 demandes totalisant près de 600 millions de dollars annuellement pour la métropole.

À voir en vidéo