Postes Canada visée par une demande d’action collective

En plus d’être inesthétiques, les boîtes postales sont la source de nombreuses nuisances, selon un citoyen de Dollard-des-Ormeaux.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir En plus d’être inesthétiques, les boîtes postales sont la source de nombreuses nuisances, selon un citoyen de Dollard-des-Ormeaux.

Exaspéré par les nuisances liées aux boîtes postales communautaires installées à proximité de sa propriété, un citoyen de Dollard-des-Ormeaux a déposé en Cour supérieure une demande d’action collective contre Postes Canada.

John Benizri habite sur la rue Dauphin depuis 2001. En mai dernier, il constate que Postes Canada a installé des boîtes postales comportant 48 casiers à la limite de son terrain.

En plus d’être inesthétiques, les boîtes postales sont la source de nombreuses nuisances, dont l’augmentation de la circulation automobile près de chez lui et les problèmes de bruit.

Les citoyens qui s’arrêtent pour chercher leur courrier en voiture laissent souvent le moteur tourner et la radio allumée, explique le requérant dans sa requête. Comme les boîtes postales sont accessibles 24 heures sur 24, les gens passent à des heures parfois indues, précise-t-il.

Ces boîtes sont souvent vandalisées, et le site jonché de débris et de papiers. M. Benizri se voit donc dans l’obligation de nettoyer les abords de son terrain quotidiennement.

Vie privée

 

Il fait aussi valoir que les activités autour des boîtes postales troublent sa tranquillité et celle de sa famille. « Il n’est pas rare que le demandeur et sa famille se rendent compte qu’ils sont observés alors qu’ils se trouvent dans leur cour arrière », indique la requête. La présence des boîtes postales entraîne une baisse de la valeur de sa propriété, estime M. Benizri, qui est d’avis que Postes Canada doit être tenue responsable de toutes ces nuisances.

Postes Canada n’a jamais demandé de permission pour installer les boîtes postales à cet endroit et M. Benizri n’a jamais pu exprimer son opinion à ce sujet. Ces boîtes lui ont été imposées, dit-il.

Il demande donc la permission de déposer une action collective au nom de tous les citoyens québécois subissant les impacts de la présence de boîtes postales sur leur terrain ou à moins de 10 mètres de leur propriété. Il ne réclame pas le retrait de ces boîtes postales, mais demande que des indemnités soient versées pour les dommages causés.

À voir en vidéo