Les médecins demandent une stratégie nationale pour les aînés

L’Association médicale canadienne (AMC) demande aux partis politiques fédéraux de s’engager à adopter une stratégie nationale pour les aînés et à plus court terme d’assurer un meilleur soutien financier aux aidants naturels qui s’occupent d’un proche âgé et malade.

Réunie en congrès cette semaine à Halifax, l’AMC a ainsi adopté lundi une résolution demandant à Ottawa d’éliminer la règle actuelle qui refuse les incitations fiscales aux aidants naturels qui ne vivent pas sous le même toit qu’un proche parent âgé et malade.

La docteure Sarah Bates, de Calgary, a rappelé à ses collègues que plus de 75 % des soins prodigués aux Canadiens âgés sont assurés par un aidant naturel bénévole, habituellement un proche parent. La docteure Bates, qui s’occupe elle-même d’un proche atteint de la maladie d’Alzheimer, reconnaît qu’il existe des incitations fiscales pour alléger le fardeau financier des aidants naturels, mais elle soutient que le régime fiscal actuel devrait être allégé.

Le président de l’Association, Chris Simpson, a estimé que le crédit d’impôt non remboursable offert actuellement aux aidants naturels n’est utilisé que par environ 3% des personnes admissibles. Selon lui, ce crédit d’impôt devrait être remboursable et moins restrictif.

Un crédit d’impôt non remboursable diminue ou annule l’impôt à payer, mais il ne donne donc rien au citoyen qui ne paie pas d’impôt. Un crédit d’impôt remboursable est versé même si la personne ne paie pas d’impôt.

Intentions des partis

Le docteur Simpson a indiqué que le chef libéral, Justin Trudeau, s’était engagé à convoquer une conférence fédérale-provinciale des premiers ministres consacrée aux soins de santé et aux aînés dès les six premiers mois de son éventuelle élection. Les conservateurs, quant à eux, parlent beaucoup d’une stratégie nationale sur la démence et de soins palliatifs, a indiqué le président de l’AMC. Le chef néodémocrate, Thomas Mulcair, et le Parti vert sont par ailleurs favorables à l’élaboration d’une stratégie nationale pour les aînés, un dossier cher à l’AMC.

« Les besoins croissants et en pleine évolution de cette population vieillissante en matière de soins de santé constituent l’un des plus importants enjeux de politique publique de notre temps », rappelle le docteur Simpson.

NPD : 400 millions contre la pauvreté

Thomas Mulcair veut s’attaquer à la pauvreté chez les aînés en promettant de bonifier le Supplément de revenu garanti s’il est porté au pouvoir. Le chef néodémocrate s’est engagé à injecter 400 millions de plus par année dans le programme qui permet aux personnes âgées qui ont un faible revenu de toucher une allocation. Il entend également remettre l’âge d’admissibilité à 65 ans, en annulant la hausse de l’âge de la retraite fixée à 67 ans par le gouvernement conservateur. Dans un rassemblement partisan à Toronto, M. Mulcair a soutenu lundi que les aînés les plus vulnérables devraient pouvoir vivre dans la dignité et la sécurité financière. « Nous croyons qu’il est inacceptable qu’une personne aînée, dans ce grand pays — le pays qu’elle a contribué à bâtir — vive dans la pauvreté », a-t-il lancé.