Opération policière sur le mont Royal

L’opération sur le mont Royal a conduit à la remise de constats d’infraction et au démantèlement de campements repérés dans la forêt du parc.
Photo: Hussein Abdallah CC L’opération sur le mont Royal a conduit à la remise de constats d’infraction et au démantèlement de campements repérés dans la forêt du parc.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a procédé à une vaste opération dans le parc du Mont-Royal mardi soir afin de mettre un terme aux comportements illégaux et aux incivilités répétées sur le site.

Menée en collaboration avec le Service de sécurité incendie de Montréal et les agents de stationnement, l’opération visait à intervenir « auprès des personnes qui fréquentent le Mont-Royal sans tenir compte des règlements municipaux en vigueur ou sans respecter l’environnement, tout en pratiquant des activités nocturnes causant ainsi bon nombre d’incivilités ».

L’opération a conduit à la remise de constats d’infraction et au démantèlement de campements repérés dans la forêt du parc.

Selon Manuel Couture, relationniste au SPVM, quatre camps ont été démantelés par les équipes d’intervention et huit personnes ont été évincées. Il n’était toutefois pas en mesure d’indiquer si ces individus ont reçu une amende ou si un simple avertissement leur a été servi. Une vingtaine de sites de feux de camp ont aussi été identifiés par les équipes déployées. Des vendeurs itinérants qui procédaient sans avoir les permis nécessaires ont également interpellés.

Il s’agit de la première opération de cette envergure depuis de nombreuses années. D’autres interventions sont cependant prévues pour le reste de la saison estivale.

Premier pas encourageant

La semaine dernière, Le Devoir faisait état d’un rapport d’observation, présenté par Les Amis de la montagne à la Table de concertation du Mont-Royal le 12 juin dernier et dans lequel l’organisme, dont la mission est de « protéger et de mettre en valeur le mont Royal », dressait un portrait alarmant de l’état du parc emblématique. Consommation d’alcool et de drogue, musique forte, occupation du domaine public sans permis sont quelques-uns des problèmes qui affectent le parc du Mont-Royal et qui se sont aggravés cette année. Très préoccupé, il a d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme le 12 juin dernier afin que la Ville de Montréal remédie à la situation.

Pour Les Amis de la montagne, l’opération de lundi soir — à laquelle ils n’ont pas participé, contrairement à ce qui a été rapporté — est un signe que la Ville prend au sérieux les inquiétudes qu’ils ont soulevées plus tôt cet été. « Nous sommes très heureux de constater que [notre] rapport a attiré l’attention immédiate de la Ville et qu’elle ait déployé une campagne policière pour s’assurer que ces comportements cessent », souligne la directrice des communications des Amis de la montagne, Hélène Panoïti.

« La réglementation est extrêmement précise dans le parc, ajoute-t-elle. Ça prend des gens pour sensibiliser le public, et Les Amis se chargent très bien de cette partie, mais il faut aussi que la police se charge de la faire respecter. Sinon, elle n’a pas de raison d’être. »

160
C'est le nombre de feux de camp trouvés dans le parc en 2014 par Les Amis de la montagne. En 2015, 82 sites ont été identifiés depuis le mois de mai.