Le vieil Auditorium de Verdun se refait une beauté

Construit en 1939 et doté de quelque 4100 sièges, l’immeuble de briques a été le théâtre d’événements marquants tant sportifs et culturels que politiques. 
Photo: Arrondissement de Verdun Construit en 1939 et doté de quelque 4100 sièges, l’immeuble de briques a été le théâtre d’événements marquants tant sportifs et culturels que politiques. 

L’Auditorium de Verdun se prépare à une métamorphose qui devrait lui permettre de retrouver son lustre d’antan. Lors des travaux de rénovation qui y sont prévus, le revêtement d’acier d’allure banale qui orne sa devanture sera retiré pour dévoiler sa façade de briques et de verre de style Art déco dissimulée depuis des décennies.

En vertu des lois fédérale et provinciale en matière d’environnement, la Ville de Montréal était tenue de remplacer les systèmes de réfrigération utilisant le fréon des deux glaces que comptent l’Auditorium de Verdun et l’aréna Denis-Savard d’ici 2020. Elle s’exécute donc, mais profite de l’opération pour revamper ses installations désuètes et refaire une beauté à l’immeuble.

L’Auditorium de Verdun est bien davantage qu’un simple aréna de quartier. Construit en 1939 et doté de quelque 4100 sièges, l’immeuble de briques a été le théâtre d’événements marquants, tant sportifs et culturels que politiques. « Il fallait préserver cette âme », a commenté le maire Denis Coderre lors du dévoilement du projet de rénovation, lundi.

Des vedettes du hockey y ont fait leurs débuts, parmi lesquelles Maurice Richard, Denis Savard, Pat Lafontaine, Mario Lemieux et Claude Lemieux. Né à Verdun, l’ex-entraîneur Scotty Bowman y a aussi laissé sa marque.

L’Auditorium a accueilli de nombreux spectacles au fil des décennies, dont ceux de Bob Dylan, Nirvana, The Cure, Pearl Jam et Iron Maiden. Des rassemblements politiques aussi. En 1995, les camps du Oui et du Non y ont réuni leurs troupes, et en 2013, les délégués libéraux y ont couronné Philippe Couillard comme chef de leur parti.

Démolir ou ne pas démolir ?

Le scénario initial prévoyait la démolition de l’Auditorium de Verdun pour reconstruire un édifice neuf tout en conservant la façade originale masquée depuis les années 1960 par un revêtement d’acier peint. L’arrondissement envisageait aussi de réduire à 1500 le nombre de sièges.

Mais la Ville s’est ravisée, estimant que raser l’immeuble aurait été une erreur compte tenu du sentiment d’appartenance des Verdunois à l’égard de ce lieu et de l’intérêt patrimonial du bâtiment bien qu’il ne soit pas classé comme monument historique. Retrancher des sièges aurait aussi limité les activités qui pouvaient s’y tenir, croit le maire de l’arrondissement de Verdun, Jean-François Parenteau.

« On s’est demandé ce qui fait la valeur et l’intérêt du lieu », a expliqué Éric Gauthier, associé de la firme Les Architectes FABG, qui a développé le concept du projet. « Il y a une question patrimoniale qui n’est pas simple, qui n’est pas celle des bâtiments historiques très beaux, classés. Il y a des bâtiments comme ça qui appartiennent au paysage urbain, où des événements importants se sont déroulés, qui sont ancrés dans l’imaginaire de la population et qui, peut-être, méritent d’être conservés. »

La firme d’architectes a donc proposé que la structure actuelle de l’Auditorium soit conservée, mais que l’aréna Denis-Savard qui le jouxte soit démoli et reconstruit un peu plus à l’est, de manière à permettre l’aménagement de vestiaires modernes et d’aires publiques entre les deux patinoires. Les sièges en bois de l’Auditorium devraient pouvoir être conservés, croit Jean-François Parenteau.

Le complexe situé en bordure du fleuve Saint-Laurent sera mieux pourvu en fenêtres. De plus, une centaine de places de stationnement seront éliminées. En plus de viser l’accréditation LEED, la Ville mettra aux normes l’Auditorium, qui n’accueillait plus de spectacles en raison de la désuétude des lieux. Les rénovations pourraient marquer le retour de ces spectacles.

Les travaux, qui coûteront 26 millions, devraient être achevés en 2018. La facture sera partagée entre la Ville de Montréal, l’arrondissement de Verdun et le gouvernement du Québec.

Secret bien gardé

 

L’Auditorium retrouvera sa façade originale, qui se serait relativement bien conservée sous le revêtement qui la cache, estime la Ville, qui prévoit tout de même de remplacer 20 % des briques existantes.

Cette façade Art déco typique des années 1930 était un secret bien gardé. Même Sandra Cohen-Rose, présidente d’Art Déco Montréal et auteure de Northern Deco — Art Deco Architecture in Montreal, ignorait son existence. « C’est formidable de voir cette façade », a-t-elle indiqué après avoir vu les photos d’archives du bâtiment. « Dans les années 1950 et 1960, beaucoup d’immeubles ont été ainsi recouverts avec l’émergence du style international. »

Plusieurs trésors ont ainsi été cachés pendant des décennies. Mme Cohen-Rose a relaté s’être rendue l’hiver dernier à La Nouvelle-Orléans pour voir l’aéroport Lakefront, qui avait été complètement couvert après la Seconde Guerre mondiale. Le passage de l’ouragan Katrina a incité les autorités à rénover le bâtiment et à remettre en valeur son architecture Art déco. « Des investissements importants ont été faits pour le rénover et c’est maintenant le plus bel exemple d’Art déco qu’on puisse trouver », dit-elle.

L’Auditorium de Verdun est de facture beaucoup plus modeste, mais sa restauration lui permettra de retrouver son charme original.

L'auditorium en quelques dates et chiffres

Inauguré le 28 novembre 1939 pendant la Deuxième Guerre mondiale, le bâtiment est alors loué aux autorités militaires pendant la guerre. 

En 1946, l’auditorium ouvre ses portes pour le hockey et le patinage. De grands joueurs de hockey y ont fait leurs débuts dont Maurice Richard, Denis Savard, Pat Lafontaine, Mario Lemieux et Claude Lemieux ainsi que la championne de patinage artistique Barbara Ann Scott.

Fait de béton, il mesure 300 pieds de longueur sur 165 pieds de largeur pour une hauteur de 60 pieds. Il a une capacité de 3795 sièges. 

Son annexe, l’aréna Denis-Savard, est bâtie dans les années 1970. 

Selon l’échéancier, c’est en 2016 que se déroulera l’étape des plans et devis ainsi que l’appel d’offres pour l'octroi du contrat de construction. 

Les travaux devraient débuter à l’automne 2016 pour se terminer à l’été 2018.


À voir en vidéo