L’île Sainte-Hélène n’est pas à vendre, dit Danièle Henkel

Danièle Henkel n’a pas apprécié d’avoir été tenue dans l’ignorance, mais elle n’est pas du genre à sortir de ses gonds facilement.
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir Danièle Henkel n’a pas apprécié d’avoir été tenue dans l’ignorance, mais elle n’est pas du genre à sortir de ses gonds facilement.

Il n’est pas question de vendre une partie de l’île Sainte-Hélène à des intérêts privés, assure Danièle Henkel. Entrée en poste il y a un mois, la présidente du conseil d’administration de la Société du parc Jean-Drapeau (SPJD) apprivoise son nouveau rôle. Mais la femme d’affaires affirme qu’elle pourra dire non au maire Coderre en cas de désaccord sur l’avenir du parc.

Mme Henkel ignorait que des discussions étaient déjà engagées entre Denis Coderre et le fondateur du Cirque du Soleil concernant le projet de Pangéa, un espace commémoratif dédié à des rites funéraires que Guy Laliberté souhaite implanter sur l’île Sainte-Hélène. Elle l’a appris en lisant Le Devoir mardi matin.

La femme d’affaires, qui s’est fait connaître avec l’émission Dans l’oeil du dragon, est diplomate. Visiblement, elle n’a pas aimé avoir été tenue dans l’ignorance, mais elle n’est pas du genre à sortir de ses gonds facilement. « Je veux rester dans le respect. Vous savez qu’on peut être ferme, mais très respectueux. Dans le ton d’une voix, dans un message, on peut décoder. On n’a pas besoin de crier », explique-t-elle.

Elle semble avoir eu recours à cette méthode avec le maire Coderre. Comme elle devait tenir, jeudi matin, la première réunion du CA de la SPJD, elle a communiqué avec le cabinet du maire pour demander la présence de Denis Coderre afin qu’il puisse rencontrer la nouvelle équipe d’administrateurs et parler du projet.

On lui a fait savoir que le maire devait prendre un avion à 10 h ce matin-là pour se rendre à New York. « J’ai répondu : “ Demandez simplement à monsieur le maire cet effort que j’apprécierais beaucoup parce que, après tout, j’ai été mise au courant de la mauvaise façon, alors je m’attends à mettre au courant les membres du CA de la bonne façon , relate Mme Henkel. Et c’est ce qu’il a fait. Il s’est déplacé. Il a fait le détour même s’il a fallu qu’il coure. J’ai apprécié. »

Elle refuse toutefois de se prononcer sur le projet de Pangéa, car pour l’instant, il n’y a rien de concret sur la table. « C’est tellement embryonnaire que je ne veux même pas savoir. Sinon, je vais passer mon temps avec mon équipe à essayer de comprendre des choses qui, peut-être, ne verront pas le jour. »

Dire non

Mais une chose est claire dans son esprit : il est hors de question de vendre un terrain de l’île Sainte-Hélène à des intérêts privés.

Danièle Henkel pourra-t-elle dire « non » au maire si elle est en désaccord avec une de ses décisions ? « Mais bien sûr qu’on peut dire non, tout autant qu’il peut dire non aussi », répond-elle aussitôt.

Nommée le 30 avril dernier pour un mandat de trois ans, Mme Henkel hérite d’une organisation qui sort d’une crise.

En mars, l’inspecteur général Denis Gallant avait relevé des irrégularités dans l’octroi de contrats à la SPJD, ce qui avait entraîné le départ de membres de la direction. Mme Henkel a d’ailleurs rencontré M. Gallant pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’autres enquêtes en cours.

Avec le nouveau CA, Mme Henkel entend élaborer un plan stratégique pour le parc Jean-Drapeau, dont l’accessibilité doit être facilitée, dit-elle. Elle souhaite aussi établir des communications plus étroites avec les employés et les médias.

Elle admet que la tâche est imposante. « Mais ce n’est pas grave parce que j’ai pris le mandat en connaissance de cause et je suis imputable et responsable et je ne me plaindrai pas. »

« Spéculations non fondées »

L’entreprise Lune Rouge Innovation, détenue par Guy Laliberté, est sortie de son mutisme vendredi. Dans un communiqué, elle soutient que le projet Pangéa sur l’île Sainte-Hélène est « embryonnaire ».

Lune Rouge confirme qu’au printemps dernier, Guy Laliberté a été invité par le maire Coderre à une rencontre afin de discuter des activités entourant le 375e anniversaire de Montréal. « Le maire s’est montré intéressé par le projet présenté par M. Laliberté. Cependant, les discussions actuelles sont préliminaires », précise-t-on.

L’entreprise se dit « surprise » de voir que des discussions de nature privée entre le maire Coderre et M. Laliberté aient fait l’objet « d’autant de spéculations non fondées » dans les médias, créant ainsi un « faux débat public qui ne porte aucunement sur les intentions réelles du projet ». Lune Rouge Innovation présentera son projet en temps opportun, ajoute-t-on.