Les maires se tournent vers les tribunaux

« La décision de Postes Canada outrepasse [ses] compétences », a lancé le maire de Montréal, Denis Coderre, entouré de plusieurs collègues de la région.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir « La décision de Postes Canada outrepasse [ses] compétences », a lancé le maire de Montréal, Denis Coderre, entouré de plusieurs collègues de la région.

Les villes de la région de Montréal contesteront devant les tribunaux la décision de Postes Canada de mettre fin à la distribution de courrier à domicile. Montréal, Laval, Longueuil et Westmount demanderont le statut d’intervenants dans l’action en justice intentée par le Syndicat des travailleurs des postes.

« On pense que la décision de Postes Canada outrepasse les compétences de celle-ci et qu’elle est inconstitutionnelle et inopérante », a expliqué le maire Denis Coderre jeudi. Le plan de compressions causera des préjudices importants aux personnes âgées ou à mobilité réduite, a-t-il dit.

Les maires reprochent à Postes Canada d’agir à sa tête sans mener de véritables consultations sur l’installation de boîtes postales communautaires. « En octobre, le conseil municipal a adopté une résolution pour collaborer avec Postes Canada dans le but de minimiser les impacts pour la population, a rappelé le maire de Laval, Marc Demers. Au mois de février, nous avons constaté qu’il n’y avait aucune collaboration, aucune communication. »

La mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, craint que malgré les promesses de Postes Canada, les municipalités soient contraintes de s’occuper elles-mêmes de l’entretien des boîtes postales et de la sécurité des lieux.

Questionné sur la détermination du p.-d.g. de Postes Canada, Deepak Chopra, d’aller de l’avant avec son plan, Denis Coderre a eu des mots durs : « C’est le même gars [payé] à 600 000 $ qui disait que ça va faire du bien aux vieux qu’ils sortent dehors. Il est insultant et arrogant. » Les maires comptent aussi demander un moratoire sur l’installation de boîtes postales.

Les villes seront représentées par l’avocat Me Marc Lalonde, de Bélanger Sauvé, mais on ignore encore les sommes qui seront requises pour mener cette bataille judiciaire. « C’est minime par rapport aux dommages irréparables que va provoquer le fait d’installer des boîtes postales partout », a tranché M. Coderre.

Enjeu électoral ?

Le député du NPD de Rosemont–La Petite-Patrie, Alexandre Boulerice, a salué la décision des maires. La question du courrier à domicile sera un enjeu de la campagne électorale fédérale, a-t-il dit : « On va s’engager à rétablir la livraison du courrier à domicile dans tous les endroits où cela a été perdu depuis décembre 2013. »

De son côté, le député libéral d’Ottawa-Sud, David McGuinty, voit dans le plan de Postes Canada une manoeuvre du gouvernement Harper pour privatiser cette société de la Couronne. Si les libéraux étaient portés au pouvoir en octobre prochain, ils entreprendront une révision complète du plan de Postes Canada, a-t-il promis.

Postes Canada assure qu’elle tient compte des commentaires des villes et des citoyens avant d’installer des boîtes postales. Postes Canada a ainsi sollicité la collaboration de Montréal pour mener un projet-pilote afin de trouver une solution dans les quartiers centraux, mais la réponse se fait toujours attendre, a indiqué sa porte-parole, Anick Losier.

Lachine pourrait retirer des boîtes

Postes Canada devrait commencer l’installation de boîtes postales communautaires dans l’arrondissement de Lachine au cours des prochains jours. Mais le maire, Claude Dauphin, a indiqué que si l’arrondissement juge que les sites choisis par Postes Canada sont inappropriés, il fera appel à ses employés et aux policiers pour retirer les boîtes postales. « À titre d’exemple, Postes Canada veut installer des boîtes postales sur la rue Victoria, où il y a une voie réservée pour autobus. […] Les gens vont se stationner là. Ça va créer des accidents monstres », a expliqué M. Dauphin.Lachine avait déjà déclaré n’avoir aucune intention de collaborer avec Postes Canada.


À voir en vidéo