Montréal veut créer un nouveau parc au centre-ville

Richard Bergeron
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Richard Bergeron

Montréal entend revitaliser la partie sud-ouest du centre des affaires, un secteur du centre-ville qu’elle a baptisé le « Quartier des gares ». Le Programme particulier d’urbanisme (PPU) dévoilé mardi prévoit notamment la création d’un parc linéaire au-dessus de l’autoroute Ville-Marie et des aménagements plus conviviaux pour les piétons et les cyclistes.

Ce quartier tient son nom de la présence de trois gares, et 100 000 passagers y convergent chaque jour. Il s’agit d’un secteur en pleine effervescence immobilière avec, entre autres, la tour des Canadiens et la tour Deloitte. Il est bordé par les boulevards René-Lévesque et Robert-Bourassa, ainsi que par les rues Lucien-L’Allier et Notre-Dame.

« Il faut que ce secteur devienne plus invitant et que la qualité de l’espace public, la sécurité et la beauté des cheminements piétonniers soient améliorées », explique Richard Bergeron, responsable de la stratégie du centre-ville au comité exécutif.

À l’heure actuelle, des investissements privés de 750 millions de dollars ont été autorisés dans ce secteur et sur un horizon de 10 ans, ceux-ci pourraient atteindre à 3 milliards. De son côté, la Ville évalue à 150 millions la somme qu’elle entend consentir pour concrétiser les mesures du PPU.

Le PPU comporte de grands principes d’aménagement qui seront réalisés d’ici 2030. La pièce maîtresse consiste en l’aménagement d’un espace vert pour remplacer les terrains vagues appartenant au ministère des Transports du Québec (MTQ) au-dessus du tunnel Ville-Marie. Richard Bergeron soutient que la Ville a déjà l’accord du MTQ pour aménager le parc Ville-Marie qui occupera une superficie de 2,3 hectares.

La Ville envisage aussi d’élargir les trottoirs et de percer des passages piétonniers dans les viaducs ferroviaires.

Écoles au centre-ville?

Même si le Quartier des gares est essentiellement un centre d’affaires, il comporte aussi des résidences. Le développement des deux dernières décennies a même attiré des familles au centre-ville, à tel point que Richard Bergeron estime à quatre le nombre d’écoles qui seront requises dans le centre-ville élargi englobant Griffintown. « Depuis 2009, jusqu’à 2500 habitants se sont ajoutés chaque année au centre-ville et cette tendance se maintient », commente-t-il.

Le Quartier des gares comptedéjà une école, mais elle est utilisée à d’autres fins et loge des organismes communautaires et des entreprises depuis des années. Comme l’immeuble Ignace-Bourget appartient toujours à la Commission scolaire de Montréal (CSDM), il pourrait être récupéré, croit M. Bergeron. Selon lui, deux autres écoles seraient requises dans Ville-Marie, en plus d’une école dans Griffintown.

La CSDM confirme que des écoles sont envisagées dans le centre-ville, mais qu’il faudra notamment avoir accès à des terrains.

Pour ce qui est de Griffintown, le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, soutient que l’école de la Petite-Bourgogne suffira aux besoins du quartier à court et à moyen terme.

Le PPU du Quartier des gares fera l’objet d’une consultation à compter du mois de mai. L’audition des mémoires se fera au mois de juin.


 
1 commentaire
  • Louis-Philippe Tessier - Abonné 29 avril 2015 10 h 20

    Il faudrait commencer par s'occuper des parcs éxistants.

    Le parc Jean-Drapeau et le parc Lafontaine sont deux parcs magnifiques, mais sous entretenue. Déchets à profusions, difficulté pour la ville de maintenir ses parcs propres, aménagement temporaire devenus permanent.