Verdun s’ouvre à l’alcool

Premier bar à voir le jour depuis 1875 dans Verdun, la microbrasserie Benelux, ouverte en 2013, ne pouvait servir jusque-là que ses bières maison.
Photo: Annick MH De Carufel Le Devoir Premier bar à voir le jour depuis 1875 dans Verdun, la microbrasserie Benelux, ouverte en 2013, ne pouvait servir jusque-là que ses bières maison.

Comme cela a été annoncé en décembre, la fin du « Verdun sec » a bientôt sonné. D’ici un mois, les habitants de l’arrondissement pourront se délecter d’un verre sans avoir à commander de la nourriture, a confirmé au Devoir le maire Jean-François Parenteau. Ce dernier assure que plusieurs tenanciers sont actuellement à la recherche de locaux sur la rue Wellington.

« Les propriétaires de bars du centre-ville nous ont approchés, ils veulent venir ici. Un projet de bar de jazz est aussi sérieusement considéré », déclare M. Parenteau. Depuis qu’il a adopté en décembre dernier un règlement permettant l’ouverture de bars sur son territoire, le maire se dit ravi de voir autant d’engouement. Lors du conseil municipal du 7 avril, les élus voteront pour l’octroi de permis aux établissements ayant fait la demande, et ces derniers pourront dès le lendemain réclamer le document à la Régie des alcools. « Le processus sera très rapide à mon avis pour les entreprises concernées, dès la semaine suivante ils auront le permis », estime le maire.

De restaurant à bar

Les deux entrepreneurs ayant fait la demande de permis sont déjà installés à Verdun : soit le restaurant Balconville et la microbrasserie Benelux. Grâce au permis de bar, le Balconville n’aura plus besoin d’obliger les clients à manger lorsqu’ils veulent prendre un verre, tandis que le Benelux, actuellement limité à la vente de produits issus de sa propre production de bières, pourra offrir une plus large gamme de produits alcoolisés. « J’ai très hâte de recevoir le permis, mais je crains que les délais à la Régie s’étirent », confie Jean-François Pigeon, chef et copropriétaire de Balconville. Le restaurant Tripes et Caviar, aussi rue Wellington, est en processus de demande de permis, mais le dossier a été retardé pour cause de documents manquants.

Un cadre strict

Si aucun autre tenancier n’a pour l’instant formulé une demande de permis, c’est parce qu’il manque de locaux disponibles sur Wellington, affirme le maire Parenteau. « Il y a un développement commercial important qui rend l’offre limitée, mais nous cherchons à accommoder les tenanciers intéressés », soutient-il.

Les gens d’affaires voulant s’installer à Verdun devront suivre un cadre bien défini. Leur bar devra absolument avoir pignon sur la rue Wellington, ou encore à L’Île-des-Soeurs, sur la rue place du Commerce ou le chemin de la Pointe-Nord. Ils ne pourront pas non plus installer d’appareils de loterie vidéo. L’administration estime que cet encadrement serré lui permet d’assurer aux citoyens des « établissements conviviaux », à l’image du quartier.

Les règles changent

1875 Dans sa Constitution, la Ville de Verdun applique la Loi sur la tempérance, soit une prohibition complète de vente d’alcool.

1996 Le règlement est abrogé pour autoriser les restaurants à vendre de l’alcool aux clients consommant un repas.

2011 Une nouvelle modification permet l’ouverture de microbrasseries vendant uniquement leur bière.

2013 La microbrasserie Benelux voit le jour.

2014 Un nouveau règlement permet l’établissement de bars dans certaines zones ciblées.