Montréal peine à trouver preneur pour deux immeubles désaffectés

En 2011, la Ville comptait revendre les immeubles au prix de 1,1 million à un promoteur immobilier, soit un million de moins que le prix payé. Elle y a par la suite renoncé pour relancer un appel de propositions.
Photo: Vladone En 2011, la Ville comptait revendre les immeubles au prix de 1,1 million à un promoteur immobilier, soit un million de moins que le prix payé. Elle y a par la suite renoncé pour relancer un appel de propositions.

Cinq ans après avoir acquis deux immeubles désaffectés du Vieux-Montréal au coût de 2,1 millions de dollars et dépensé un demi-million pour les maintenir en état, la Ville de Montréal n’arrive toujours pas à trouver un acheteur.

Le comité exécutif de la Ville sera appelé mercredi matin à se prononcer sur l’annulation d’un appel de propositions lancé en 2012 pour trouver un acquéreur.

Il s’agit de la deuxième tentative de la Ville de vendre les immeubles situés au 22-26, rue Notre-Dame Ouest et au 51-53, rue des Brésoles dans le Vieux-Montréal. Même si l’appel de propositions avait permis d’attirer un acheteur potentiel, la Ville n’a pas été en mesure de conclure une entente.

Rappelons que la Ville avait entrepris des procédures d’expropriation en 2008 pour les deux bâtiments laissés vacants depuis 1996. Construits dans les années 1870, les immeubles patrimoniaux étaient en mauvais état. Le propriétaire, qui prévoyait d’y aménager des condos, avait démoli la charpente avant de laisser le chantier en plan faute de financement.

La Ville a finalement fait l’acquisition des deux immeubles en 2010 pour 2,1 millions de dollars. Projet Montréal trouvait ce prix trop élevé, mais l’administration de l’ex-maire Gérald Tremblay avait rétorqué qu’il correspondait à la valeur du marché.

En 2011, la Ville comptait revendre les immeubles au prix de 1,1 million à un promoteur immobilier, soit un million de moins que le prix payé. Elle y a par la suite renoncé pour relancer un appel de propositions.

Cette fois, la Ville a reçu deux propositions. Une seule a été jugée conforme et l’offre d’achat s’élevait à 2,1 millions. Mais selon les documents soumis aux élus, le promoteur a mis trop de temps pour présenter son projet à l’arrondissement de Ville-Marie et ses exigences n’ont pas permis de conclure une entente.

Le Service de la gestion et de la planification immobilière de la Ville recommande donc d’annuler cet appel de propositions pour en relancer un autre.

Au cours des dernières années, la Ville a dû dépenser 560 650 $ en travaux de stabilisation et de préservation. Avant de relancer un nouvel appel de soumissions, des travaux de sécurisation et de préservation des éléments patrimoniaux devront être réalisés pour une somme s’élevant à 700 000 $, signalent les fonctionnaires.

À voir en vidéo