Montréal aura cinq nouvelles rues piétonnes

L’un des projets prévoit l’aménagement de la rue Beaubien, entre les rues Saint-Denis et Boyer, en voie piétonne que pourront aussi emprunter les autobus et les vélos.
Photo: Philippe Sabourin L’un des projets prévoit l’aménagement de la rue Beaubien, entre les rues Saint-Denis et Boyer, en voie piétonne que pourront aussi emprunter les autobus et les vélos.

Cinq nouvelles rues piétonnes ou partagées verront le jour cette année à Montréal. En faisant cette annonce dimanche, le maire Denis Coderre s’est fait reprocher par l’opposition à l’hôtel de ville d’avoir récupéré à son compte des projets émanant des arrondissements.

Le maire Denis Coderre avait convoqué les médias dimanche matin pour dévoiler le plan de son administration pour accorder plus de place aux piétons.

À la suite d’un appel de projets lancé en septembre 2014, l’administration dit avoir reçu des arrondissements dix projets de piétonnisation. Cinq ont été retenus et seront réalisés en 2015 avec une contribution de la ville-centre de 500 000 $.

« C’est une vision nouvelle que nous proposons », a dit le maire. « Ce programme mise sur le formidable potentiel que représentent nos rues locales. »

Les concepts de piétonnisation devront être peaufinés au cours des prochains mois car, dans certains cas, comme dans la rue De Castelnau, un accès limité des voitures pourrait être autorisé, a indiqué Marie-Hélène Armand, conseillère en aménagement à la Direction des transports de la Ville.

Cinq arrondissements

Trois projets devraient se concrétiser dès le début de l’été, dont l’aménagement de la place Simon-Valois qui sera prolongée dans la rue Ontario, entre la rue Valois et l’avenue Bourbonnière, dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Mais la fermeture de ce segment de rue à la circulation automobile sera saisonnière.

La place De Castelnau, entre les rues De Gaspé et l’avenue Henri-Julien, dans l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, sera aussi transformée en espace piéton pour l’été 2015, tout comme l’avenue Park-Stanley, entre la rue Berri et l’avenue Durham, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville.

Les deux autres projets ne se réaliseront qu’à l’automne. Il s’agit des abords de la station de métro Beaubien dans Rosemont–La Petite-Patrie — soit la rue Beaubien, entre les rues Saint-Denis et Boyer — et de l’aménagement en espace piéton d’une partie de la rue Stanislas dans l’arrondissement de Saint-Laurent.

L’administration a présenté le projet de la rue Beaubien comme une voie partagée où piétons, vélos et autobus cohabiteront, mais où la voiture serait bannie. Or, selon le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François Croteau, les voitures pourront continuer de circuler sur cette voie.

« Ça ne sera pas une rue piétonne. Ça va être une voie partagée. Si le maire Coderre avait pris la peine d’étudier les dossiers et au lieu de faire une annonce précipitée le jour de notre congrès extraordinaire pour tenter de voler la vedette dans les médias, il aurait fait une vraie annonce, constructive, avec les arrondissements », a commenté M. Croteau. « Ce n’est pas un projet de Denis Coderre, c’est un projet de Rosemont–La Petite-Patrie fait par les employés de l’arrondissement et un engagement électoral de Projet Montréal qu’il tente de se réapproprier aujourd’hui. »

François Croteau a tout de même salué la volonté du maire Coderre de faire plus de place aux piétons à Montréal. « Il ne faut pas penser que c’est une annonce importante. On parle de cinq projets avec un investissement de 500 000 $. Mais Rosemont-La Petite-Patrie recevra 80 000 $ pour un projet qui risque de lui coûter 1,5 million. C’est avant tout un effet de toge de la part du maire. »

D’autres projets à venir

« Ce qu’on est en train de faire, c’est d’aménager un milieu de vie qui nous permet vraiment de mettre l’accent sur les piétons », a fait valoir le maire Coderre, qui promet d’autres projets de plus grande envergure à l’avenir. Il a notamment évoqué le réaménagement de la rue Sainte-Catherine, la création de promenades urbaines — promises dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal — et la revitalisation de la rue McGill College.