Le déneigement à l’heure du réchauffement

Les équipes de la Ville sont bien préparées pour gérer les accumulations de neige, mais beaucoup moins les fluctuations importantes de température.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les équipes de la Ville sont bien préparées pour gérer les accumulations de neige, mais beaucoup moins les fluctuations importantes de température.

Les caprices de la météo qui ont mis les trottoirs montréalais dans un état pitoyable seront de plus en plus fréquents en raison du réchauffement climatique, croit l’administration Coderre, qui admet que la Ville devra adapter ses stratégies de déneigement en fonction de cette nouvelle réalité.

Après deux jours de laborieuses opérations de déglaçage, le vice-président du comité exécutif, Harout Chitilian, a reconnu que l’état des trottoirs laissait encore à désirer à Montréal. « On est confrontés à une réalité différente avec le réchauffement planétaire. Depuis cinq ans, il y a des changements abrupts de température », a-t-il signalé.

Les équipes de la Ville sont bien préparées pour gérer les accumulations de neige, mais beaucoup moins les fluctuations importantes de température, a-t-il dit : « La Ville devra en faire davantage pour s’adapter. Les changements de température de 20 degrés ne seront plus l’exception, mais vont être de plus en plus courants. »

M. Chitilian assure que, depuis dimanche, toute la machinerie disponible a été utilisée par les arrondissements pour procéder au déglaçage des trottoirs. Il a cité le cas de Ville-Marie qui, mardi, en était à son troisième épandage d’abrasifs.

Il a par ailleurs rejeté les critiques du président du syndicat des cols bleus, Michel Parent, qui soutenait que, par souci d’économie, plusieurs arrondissements avaient tardé à lancer les opérations de déglaçage dimanche. « Son constat est erroné parce qu’on est en début d’année budgétaire et, techniquement […] tous les arrondissements ont les budgets disponibles pour répondre aux besoins des Montréalais », a affirmé M. Chitilian.

Les éclopés

 

Montréal pourrait faire face à de nombreuses réclamations de piétons blessés à la suite de chutes sur les trottoirs glacés, mais Harout Chitilian soutient que ce sera au contentieux de traiter ces dossiers.

Les hôpitaux montréalais ont continué, mardi, à recevoir des blessés en raison de l’épisode de verglas. Au CHUM, 21 patients ont été admis, dont 7 ont subi des chirurgies pour des fractures diverses. À l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, on notait un ralentissement, avec 8 blessés mardi contre 20 lundi. Le CUSM a recensé 10 blessés mardi. Ce sont surtout des adultes qui se blessent en tombant sur la glace. En effet, à l’hôpital Sainte-Justine, on ne notait pas d’augmentation des traumas chez les enfants. L’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal ne tient pas de registre centralisé du nombre de blessés découlant d’un épisode de verglas.

À voir en vidéo