Montréal: appel en faveur de la sauvegarde du Jardin Notman

Situé à l’angle des rues Clark et Milton, derrière la maison patrimoniale Notman, le jardin a une superficie d’environ 1000 m2.
Photo: Jacques Grenier Le Devoir Situé à l’angle des rues Clark et Milton, derrière la maison patrimoniale Notman, le jardin a une superficie d’environ 1000 m2.

L’arrondissement du Plateau Mont-Royal est revenu à la charge auprès de Québec pour tenter de protéger le Jardin Notman. Dans une lettre qu’il a fait parvenir à la ministre de la Culture, Hélène David, le maire du Plateau, Luc Ferrandez, demande que l’espace vert soit classé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

M. Ferrandez avait déjà interpellé l’ancien ministre Maka Kotto sur cette question en 2013. Situé à l’angle des rues Clark et Milton, derrière la maison patrimoniale Notman, le jardin a une superficie d’environ 1000 m2 et compte plusieurs arbres centenaires, dont des érables argentés et des chicots du Canada, ces derniers étant rares en milieu urbain.

La maison Notman, qui a appartenu au photographe William Notman, a été protégée en 1979, mais, comme la propriété a été subdivisée depuis, le boisé se retrouve désormais sur un lot distinct.

Le site du jardin est la propriété d’un promoteur privé qui souhaite y construire un immeuble d’une trentaine de condos. Son projet n’a toutefois pas reçu l’autorisation de l’arrondissement, qui voudrait préserver l’espace vert. Le maire Ferrandez sollicite la ministre en invoquant les nouvelles dispositions de la Loi sur le patrimoine culturel qui protègent aussi les paysages. Il a d’ailleurs obtenu un énoncé d’intérêt patrimonial de la Division du patrimoine de la Vile de Montréal pour appuyer sa demande.

« Le Jardin Notman est en effet le dernier jardin historique de son genre dans les quartiers centraux de Montréal à ne pas avoir été détruit par un projet de construction, signale M. Ferrandez dans sa missive. La protection de ce jardin représenterait un legs important aux Montréalais et je vous encourage donc vivement, fort de cet énoncé d’intérêt patrimonial, à classer cet espace en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. »

 

Mobilisation citoyenne

Au cours des dernières années, les citoyens se sont mobilisés pour protéger l’espace vert. « C’est un espace rare et unique. C’est le seul domaine des villas bourgeoises qui restent du XIXe siècle », relate Tony Antakly, porte-parole du Mouvement citoyen pour la préservation du Jardin Notman.

L’an dernier, le maire Ferrandez avait d’ailleurs invité les citoyens à trouver des bailleurs de fonds pour faire l’acquisition du boisé — dont la valeur foncière s’élève à 1,5 million — mais Tony Antakly estime que ce n’est pas à eux de le faire.

Héritage Montréal appuie la démarche de l’arrondissement. Le jardin est dans une « aire protégée », compte tenu du statut dont bénéficie la Maison Notman, mais cette protection n’est pas suffisante pour le mettre à l’abri du développement immobilier. Avec ses arbres de haute taille, le site a aussi l’avantage d’atténuer « la présence de bâtiments horribles que la Ville de Montréal a permis dans ce secteur », note Dinu Bumbaru, directeur des politiques à Héritage Montréal.

L’attaché de presse de la ministre David a confirmé que la demande de classement était toujours à l’étude au ministère. « Mais les analyses arrivent dans leur phase finale et, au cours des prochaines semaines, les fonctionnaires devraient faire parvenir une recommandation à la ministre relativement à la demande de classement », a indiqué Philip Proulx.