Au nom des femmes

Si 51 % des lieux montréalais portent des noms d’hommes, seuls 6 % s’inspirent de grands personnages féminins. Encore en 2014, la Ville a ajouté 17 hommes pour 3 femmes seulement.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Si 51 % des lieux montréalais portent des noms d’hommes, seuls 6 % s’inspirent de grands personnages féminins. Encore en 2014, la Ville a ajouté 17 hommes pour 3 femmes seulement.

Il y a bien la rue Jeanne-Mance, le parc Idola-Saint-Jean, le parc Judith-Jasmin et d’autres lieux rappelant de grandes Montréalaises, mais les femmes demeurent encore sous-représentées dans la toponymie de la métropole. Projet Montréal croit que la Ville devrait faire des efforts supplémentaires pour viser la parité dans les noms de lieux publics.

La toponymie montréalaise compte quelque 6000 noms. Or, seulement 6 % d’entre eux sont des noms de femmes et 51 % des noms d’hommes. « On sait qu’historiquement, les hommes ont pris plus de place dans la toponymie à Montréal, mais en 2014, ça ne devrait plus être le cas », estime la conseillère Valérie Plante, qui, en compagnie de sa collègue Érika Duchesne, a compilé les noms retenus au cours des dernières années à Montréal.

En 2014, 17 hommes, dont les cinéastes Pierre Falardeau et Norman McLaren, ont été honorés, contre seulement trois femmes, soit Lhasa de Sela, Claire Oddera et Emma Gendron. Un seul grand parc de la Ville, celui de Jeanne-Mance, porte le nom d’une femme. Sept des vingt-deux piscines de la ville rappellent des personnalités féminines, mais aucun aréna n’a été baptisé du nom d’une femme.

La parité?

Érika Duchesne croit que tant les élus que les fonctionnaires devraient donner priorité aux dénominations féminines, de même que les noms issus des communautés culturelles et autochtones afin de mieux représenter la réalité montréalaise. « Les décisions se prennent souvent dans chacun des arrondissements, autour d’une table. Parfois, on manque peut-être de connaissance pour bien connaître les femmes qui ont joué des rôles davantage dans l’ombre. Mais je suis certaine qu’il y a assez de femmes pour que les nominations soient paritaires », estime Mme Duchesne

La conseillère suggère notamment que des personnes comme l’ancienne animatrice Michelle Tisseyre, décédée dimanche (voir texte en page A 4), Henriette Dessaulles, journaliste au Devoir pendant 30 ans, et la sénatrice Cairine Wilson, soient honorées dans la toponymie.

La Ville soutient que sa division du patrimoine fait déjà de la « discrimination positive » depuis une vingtaine d’années. « Au moment d’une désignation d’un toponyme, si le choix existe entre un nom d’homme et un nom de femme, ce dernier sera privilégié », indique son plan d’action pour une participation égalitaire des femmes et des hommes à la vie de Montréal.


Négligées par l’histoire

« Montréal est composée de 52 % de femmes. Savoir qu’elles représentent seulement 6 % de notre toponymie, ça me choque un peu », souligne Cathy Wong, présidente du Conseil des Montréalaises.

Honorer les femmes demande un effort particulier, car leur rôle a souvent été moins reconnu, admet-elle toutefois.

Mme Wong cite quelques femmes que l’histoire officielle a négligées, mais qu’elle souhaiterait voir honorées, soit la journaliste et dramaturge Éva Circé-Côté ainsi que la violoniste et chef d’orchestre née à Montréal Ethel Stark.

À voir en vidéo