Voitures libre-service: soupçons de lobbyisme illégal

Le maire Denis Coderre estime que les discussions qu’il a eues au printemps dernier à Paris avec le p.-d.g. du Groupe Bolloré, Vincent Bolloré, ne sont pas des activités de lobbyisme. Questionné par l’opposition lundi, le maire a confirmé l’intérêt du groupe Bolloré, qui gère le système de voitures en libre-service parisien, pour le marché montréalais. « Mais il n’y a pas eu de travail de lobbyiste. J’étais en mission. J’ai rencontré une série d’entreprises », a expliqué le maire. Dans son édition de lundi, Le Devoir révélait que Bolloré envisageait de déployer ses voitures électriques à Montréal et qu’elle était en discussion avec la Ville. Or, Bolloré n’est pas inscrite au Registre des lobbyistes, a signalé le conseiller de Projet Montréal, Alex Norris.

À voir en vidéo