Montréal versera 2,55 millions de dollars à un baigneur devenu tétraplégique

Dans le cadre d’une entente à l’amiable totalisant 11 millions de dollars, la Ville de Montréal versera 2,55 millions à la famille d’un jeune Américain devenu tétraplégique à la suite d’une baignade dans une piscine municipale d’Anjou en 2005.

Lors de sa réunion hebdomadaire mercredi, le comité exécutif de la Ville a donné son accord au règlement d’un litige entourant ce triste événement survenu il y a neuf ans.

Le 21 juillet 2005, Ralph Lundy, 13 ans, avait été retrouvé inconscient au fond de la piscine du parc de la Verdelles, dans l’arrondissement d’Anjou. L’adolescent de citoyenneté américaine aurait subi une carence en oxygène au cerveau et souffrirait aujourd’hui d’une tétraplégie spasmodique irréversible. « Il est totalement dépendant et dans un état quasi végétatif », précisent les documents remis aux élus.

La victime et sa famille estiment que le jour de l’incident, le nombre de sauveteurs présents était insuffisant et que cela contrevenait aux dispositions de la loi et du règlement encadrant les bains publics. Reprochant à la Ville et à Gestion Soroma, qui exploitait la piscine pour la Ville, d’avoir commis une faute, ils ont intenté une poursuite de 55 millions de dollars contre eux en 2007.

Entente de 11 millions

Lorsqu’un changement d’avocat est survenu en 2009, le montant de la réclamation a été réduit à 21 millions. Et au terme de négociations menées il y a trois semaines devant un juge de la Cour supérieure à l’occasion d’une conférence d’arrangement à l’amiable, les demandeurs ont accepté de régler l’ensemble du litige pour 11 millions.

Cet arrangement permet d’éviter la tenue d’un procès qui devait se dérouler du 17 au 28 novembre.

Gestion Soroma et la Ville détenaient une assurance pour responsabilité civile couvrant un montant maximal de 5 millions de dollars, mais l’assureur a accepté de verser 6 millions. Pour sa part, l’assureur de la tante et l’oncle de la victime, qui avaient la garde de l’adolescent pendant son séjour à Montréal, versera 2,45 millions.

Frais médicaux

De leur côté, les avocats de la Ville recommandent aux élus d’autoriser le paiement de 2,55 millions afin de régler le dossier.

« Compte tenu du montant en litige, des faits particuliers de cette affaire et des expertises au dossier quant aux dépenses médicales futures qui devront être engagées aux États-Unis selon l’espérance de vie de Ralph Lundy évaluée à 30 ans, considérant les coûts et les risques d’un procès, nous recommandons à la Ville de consentir à ce règlement et d’acquitter la somme de 2,55 millions en capital, intérêts et frais », indiquent les avocats de la Ville.