Une taxe locale pour combler le manque

Le Plateau entend imposer une taxe spéciale de 0,55 ¢ par 100 $ d’évaluation alors que le Sud-Ouest prévoit une taxe de 1 ¢ par 100 $ d’évaluation.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir

Le Plateau entend imposer une taxe spéciale de 0,55 ¢ par 100 $ d’évaluation alors que le Sud-Ouest prévoit une taxe de 1 ¢ par 100 $ d’évaluation.

Durement touchés par la réforme financière de l’administration Coderre, les arrondissements d’Outremont, du Plateau Mont-Royal et du Sud-Ouest imposeront une taxe locale à leurs citoyens à compter de l’an prochain.

Cette hausse de taxes n’empêchera pas la réduction des services, ont prévenu les trois maires qui ont décidé de faire front commun pour dénoncer la réforme qu’ils jugent « inéquitable » alors que les coûts de la main-d’oeuvre et des services ne cessent de grimper.

La réforme Coderre obligera le Sud-Ouest à dégager 3 millions en 2015 et 1,9 million les années suivantes, a souligné le maire Benoit Dorais, qui estime que son arrondissement a déjà fait des efforts en réduisant ses dépenses de 6,3 millions depuis 2009.

Confrontée à une réduction de 20 % du budget d’Outremont, la mairesse Marie Cinq-Mars soutient qu’une réduction des services est inévitable malgré l’ajout d’une taxe locale. Fermer une patinoire ? Réduire la surveillance dans les parcs ? Les élus d’Outremont devront trancher.

Outremont adoptera son budget dès mercredi soir. Le Sud-Ouest le fera jeudi et le Plateau, lundi prochain.

Le maire du Plateau Mont-Royal, Luc Ferrandez, a déploré que l’accès à des revenus autonomes, provenant du stationnement ou de l’occupation du domaine public, ait été réduit pour les arrondissements.

Le Plateau entend imposer une taxe locale, baptisée « taxe Coderre », de 0,55 ¢ par tranche de 100 $ d’évaluation, qui s’ajoutera à la taxe foncière générale de la ville-centre (qui augmentera d’environ 2 %). La taxe locale du Sud-Ouest s’élèvera à 1 ¢ par tranche de 100 $ d’évaluation et celle d’Outremont à 5 ¢.

Solution facile?

La réforme vise à régler les iniquités entre arrondissements, a fait valoir le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, qui reproche aux trois maires d’avoir choisi la « solution facile », soit d’augmenter les taxes et d’en faire porter la responsabilité à l’administration centrale.

« Il aurait été préférable qu’Outremont et le Plateau travaillent ensemble pour trouver des solutions innovantes, comme partager des services », a-t-il lancé. Si l’administration n’entend pas modifier pour 2015 les paramètres ayant mené à sa réforme, le modèle pourrait être amélioré par la suite, a assuré M. Desrochers.

Même s’il n’était pas aux côtés de ses collègues, le maire d’Anjou, Luis Miranda, maintient sa ferme opposition à la réforme. La pétition qu’il a lancée pour demander que ses citoyens puissent se prononcer sur la défusion de leur arrondissement a récolté plus de 2000 noms.

À voir en vidéo