Verdun assure avoir fait le ménage dans sa fonction publique

La complaisance de fonctionnaires aurait permis aux promoteurs Groupe Proment, Canvar et Westcliff de bénéficier de marges de bénéfices plus importantes.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La complaisance de fonctionnaires aurait permis aux promoteurs Groupe Proment, Canvar et Westcliff de bénéficier de marges de bénéfices plus importantes.

Le maire de l’arrondissement de Verdun, Jean-François Parenteau, assure que des correctifs ont été apportés dans l’octroi de permis de construction après qu’un rapport du contrôleur général eut révélé des irrégularités dans des projets de tours à condos à L’Île-des-Soeurs.

 

« C’est une culture interne qu’il y avait à l’arrondissement. Il fallait casser ça et créer une onde de choc, ce qu’on a fait », a indiqué le maire Parenteau au sujet des mesures de redressement mises en place par l’arrondissement.

 

Un rapport confidentiel déposé en juillet 2013 par le contrôleur général, Alain Bond, et obtenu par Le Journal de Montréal, fait état de « relations de proximité » entre des cadres de l’arrondissement et des promoteurs ainsi que de « laxisme » de la part de certains fonctionnaires.

 

La complaisance de fonctionnaires aurait permis aux promoteurs Groupe Proment, Canvar et Westcliff de bénéficier de marges de bénéfices plus importantes. Le contrôleur signale les cas de construction d’immeubles comptant plus d’étages que le nombre autorisé, de rabais sur les frais de permis et de travaux engagés avant l’obtention du permis.

 

Le rapport a été remis à la mairesse par intérim de Verdun, Ginette Marotte, en juillet 2013, mais il a fallu attendre l’arrivée d’une nouvelle administration pour que des mesures correctives soient prises.

 

Élu en novembre 2013, Jean-François Parenteau a demandé la tenue d’une enquête interne. En mars dernier, le directeur général Pierre Boutin a été relevé de ses fonctions, même si l’enquête n’avait pas révélé de « manquements majeurs ». De son côté, Benoît Malette, chef de division au Service de l’urbanisme, a été rétrogradé. Quant au fonctionnaire Jean Cardin, il a été blanchi et réintégré. Jean-François Parenteau soutient que l’arrondissement a pu récupérer un million, mais que les pertes s’élèvent quand même à 1,5 million. Le dossier a été confié à l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

 

En parallèle, l’arrondissement a entrepris de passer au peigne fin tous les projets de construction des dernières années pour vérifier leur conformité. M. Parenteau s’interroge sur l’attitude des élus : « Certains élus, soit qu’ils étaient au courant, soit qu’ils n’ont pas agi avec diligence, parce qu’ils ont voté les modifications aux réglementations ».

 

L’ex-maire Claude Trudel a refusé de commenter l’affaire, alléguant ne pas avoir lu le rapport.

À voir en vidéo