Des fouilles archéologiques sur le chantier du pont Champlain

Les travaux débuteront dans les prochaines semaines près de la structure actuelle.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les travaux débuteront dans les prochaines semaines près de la structure actuelle.

Les vestiges d’un manoir érigé au XVIIe siècle seront extirpés de terre au cours des prochaines semaines afin de libérer l’espace au nouveau pont Champlain, qui passera sur cet emplacement de la pointe nord de l’île des Soeurs.

 

Dès le début de la planification du chantier, « ce site archéologique a été identifié comme un élément de contrainte »,explique le directeur du nouveau pont sur le Saint-Laurent, Vincent Jarry. « Nous avons étudié toutes les options pour s’assurer qu’on ne pouvait pas éviter de construire sur ce site, mais nous avons dû conclure qu’il était impossible de construire ailleurs sur l’île »,a-t-il ajouté.

 

Le site en question est un domaine agricole ayant appartenu à sieur Jacques Leber et qui fut occupé entre le XVIIe et XVIIIe siècles. Des fouilles menées sur le site de 3500 m2, en 1995, ont notamment permis de trouver certains vestiges du manoir, de la boulangerie, de l’étable, d’une soue à cochons et d’un muret de protection. Non loin de là se trouve aussi un site préhistorique amérindien où l’on a notamment retrouvé des outils de pierre et des fragments de poterie.

 

À l’heure actuelle, les vestiges du domaine, à l’abandon, sont enfouis sous plusieurs couches de terre. La firme Ethnoscop, mandatée par Infrastructure Canada, se chargera de prendre des photos 3D précises du site, puis de déterrer tous les artefacts avant que le chantier ne débute. M. Jarry estime que les fouilles archéologiques, qui débuteront incessamment, s’étendront sur un rayon de 7000 m2, prendront environ quatre mois. Comment en être certain ? « Le site a déjà fait l’objet de fouilles, nous connaissons donc l’emplacement des vestiges, c’est plus facile de se fixer un échéancier que si on s’aventurait sur un domaine inconnu », répond-il.

 

Les artefacts seront d’abord entreposés, puis la Ville de Montréal et l’arrondissement de Verdun se chargeront de les « mettre en valeur ». « Nous ne savons pas encore s’il s’agira d’une exposition à part entière ou si les vestiges seront ajoutés à une exposition existante. Ce qui est certain, c’est que la Ville se chargera de cette étape », dit M. Jarry. Ce dernier estime qu’en investissant un budget de 400 000 $ pour les fouilles, Ottawa permet de « valoriser un pan de l’histoire de la province » et rend accessible au public un site qui ne l’a jamais été.

3 commentaires
  • Daniel Le Blanc - Inscrit 15 août 2014 07 h 29

    Un nom pour le pont

    Venons-nous de trouver un nom pour le nouveau pont: Le pont Jacques-Leber?

    • Line Gingras - Abonnée 15 août 2014 17 h 18

      Quelle bonne idée!

  • Madeleine Léger - Abonnée 15 août 2014 16 h 40

    Pourquoi ne pas débaptiser l'actuel pont Champlain et le renommer: Le Grand Pont Malade ? Une fois le nouveau pont terminé, on pourrait lui redonner le nom de pont Champlain !!!!