Des chemises hawaïennes en guise de protestation

Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir
Les employés du Vieux-Port ont troqué vendredi leur uniforme pour des chemises hawaïennes, en guise de protestation des négociations entourant la convention collective, échue depuis le 1er avril. « Ils ne nous prennent pas au sérieux, alors on ne se prend pas au sérieux », a lancé Patrick Leblanc, porte-parole de l’Alliance de la fonction publique, le syndicat des quelque 200 travailleurs du Vieux-Port. Le syndicat a récemment refusé une proposition de convention de l’employeur, la Société immobilière du Canada, dénonçant les hausses salariales « dérisoires » de 1,5 % et la diminution de 50 % la cotisation patronale au REER.

Des chemises hawaïennes en guise de protestation

Les employés du Vieux-Port ont troqué vendredi leur uniforme pour des chemises hawaïennes, en guise de protestation des négociations entourant la convention collective, échue depuis le 1er avril. « Ils ne nous prennent pas au sérieux, alors on ne se prend pas au sérieux », a lancé Patrick Leblanc, porte-parole de l’Alliance de la fonction publique, le syndicat des quelque 200 travailleurs du Vieux-Port. Le syndicat a récemment refusé une proposition de convention de l’employeur, la Société immobilière du Canada, dénonçant les hausses salariales « dérisoires » de 1,5 % et la diminution de 50 % la cotisation patronale au REER.


À voir en vidéo