Une réforme dénoncée aussitôt présentée

Denis Coderre
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Denis Coderre

La réforme du financement de la Ville de Montréal crée des flammèches : les changements projetés par le maire Denis Coderre, dévoilés mardi, promettent de changer en profondeur la façon dont la ville centre et les arrondissements se partagent les responsabilités, mais surtout les fonds publics. L’opposition prépare déjà sa riposte, évoquant défusions et hausses de taxes si le maire n’en fait qu’à sa tête.

 

Après avoir planché pendant des mois sur un projet de réforme des arrondissements avec un comité composé d’élus de divers horizons, l’administration Coderre a finalement décidé de faire cavalier seul en présentant mardi une réforme administrative et financière qui n’obtient pas l’appui des principales forces d’opposition.

 

Le financement actuel des arrondissements est établi sur une base essentiellement historique, « non uniforme » a expliqué M. Coderre, inspiré des modèles de financement de chacune des anciennes villes et ex-quartiers de l’ancienne Ville de Montréal. Jamais depuis la fusion de 2002 n’a-t-on entrepris un tel exercice, a-t-il soutenu. Des tentatives ont été effectuées au fil des années pour réformer la Ville, mais celles-ci n’ont jamais abouti.

 

« Ça ne plaira pas à certaines personnes, mais nous sommes allés là où aucune autre administration n’est jamais allée, a dit Denis Coderre. Ce sera une des réalisations les plus structurantes de l’histoire de la nouvelle Ville de Montréal. »

 

Centralisation tous azimuts

 

Dans l’objectif d’uniformiser les services offerts, la ville centre rapatriera plusieurs responsabilités jusqu’ici dévolues aux arrondissements depuis la fusion municipale. Le nombre d’artères gérées directement par l’administration centrale passe ainsi de 24 % à 52 % du réseau routier. Des artères comme Bélanger et Saint-Hubert seront désormais gérées de l’hôtel de ville.

 

Ce sera aussi le cas de la collecte des déchets, du déneigement, du stationnement tarifé (à l’exception de la délivrance des vignettes), du développement économique, de la tarification de certains permis et du contrôle animalier, a énuméré le maire.

 

Consternation

 

Dans les arrondissements du coeur de Montréal, c’est la consternation. De nombreuses administrations locales, qui criaient pourtant déjà famine, devront se serrer à nouveau la ceinture. À commencer par Outremont, qui verra son budget amputé de 19,3 % au cours des dix prochaines années.

 

« C’est un bris de contrat, affirme, furieuse, la mairesse d’Outremont, Marie Cinq-Mars. Depuis dix ans que l’on subit les coupes, que l’on étire chaque dollar… et là on nous demande tout bonnement de couper de 20 % notre budget. S’il y a du gaspillage, ce n’est pas ici sur le plancher des vaches, c’est au centre-ville, à l’hôtel de ville. »

 

Dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, la ponction s’élève à 12,7 % du budget. Ville-Marie (13,7 %) et le Sud-Ouest (10,8 %) ne sont pas en reste.

 

À l’autre extrême du spectre, LaSalle voit son budget exploser de presque 22 %. Une situation qui expose, selon le maire de l’arrondissement Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, toute l’absurdité du plan de Denis Coderre. « Au terme de la réforme, LaSalle, 73 000 habitants, va avoir le même budget que le Plateau, 103 000 habitants, illustre-t-il. Le Plateau accueille 300 événements publics par année, une kyrielle de manifestations, 100 000 visiteurs par jour, 3000 commerces, 500 établissements licenciés […]. Elle est où l’équité, là-dedans ? Il y a de l’uniformité, oui, mais c’est de l’uniformité injuste. »

 

L’entretien des parcs et des principales artères sera évalué pratiquement de la même manière à Pierrefonds-Roxboro qu’au coeur de Verdun ou du quartier Centre-Sud, se sont indignés d’autres élus de Projet Montréal.

 

Les neuf arrondissements « perdants »verront les compressions s’échelonner sur dix ans ; les dix autres, qui bénéficient d’une augmentation proportionnelle de leur financement, la verront octroyée progressivement sur cinq ans.

 

À ce recalibrage s’ajoute une hausse de 3,8 % du budget global des arrondissements. Une mince consolation.

 

Hausse et défusion

 

La réforme annoncée mardi vise essentiellement à assurer une meilleure stabilité du financement des arrondissements, et un traitement plus équitable de ceux-ci, a soutenu le président du comité exécutif Pierre Desrochers.

 

Mais pour le chef de Coalition Montréal, Benoît Dorais, celle-ci risque plutôt de mener à une hausse des impôts dans les arrondissements urbains qui voient leurs budgets diminuer. « On s’en va vers des affrontements, vers un cul-de-sac. Va-t-on devoir abandonner les services ou plutôt augmenter les taxes ? Ce n’est pas vrai que cette réforme va rendre la ville plus gouvernable, bien au contraire. Mais Denis Coderre a décidé d’aller de l’avant pareil. »

 

Pour le maire de Rosemont-La Petite-Patrie, François Croteau, membre de Projet Montréal, l’annonce de mardi constitue carrément un acte de guerre. L’administration Coderre propose de « briser le pacte de 2003 par lequel 10 [ex-]villes ont accepté de demeurer dans la Ville de Montréal en conservant leur pouvoir décisionnel en matière de gestion des services »,dit-il, brandissant le spectre d’une nouvelle vague de défusions. Si elle est adoptée, la réforme plongera Montréal dans un « chaos total » au niveau de la gestion des services, selon lui.

7 commentaires
  • simon villeneuve - Inscrit 9 juillet 2014 02 h 37

    Ironie ?

    "« C’est un bris de contrat, affirme, furieuse, la mairesse d’Outremont, Marie Cinq-Mars."

    Parlez-en aux employes municipaux Mme Cinq-Mars...

  • Denis Paquette - Abonné 9 juillet 2014 06 h 05

    Monsieur le maire nous ne sommes pas d'Ottawa

    Le maire ne peut pas revenir en arriere meme, les gens ne sont pas des marionnettes que l'on peut manipuler a volonté, la population a votée pour la décentralisation il va devoir faire avec. monsieur le maire nous ne sommes pas d'Ottawa

  • Pierre Bernier - Abonné 9 juillet 2014 07 h 26

    Le machin de 2003 ?

    Quel gouvernement autorisa un tel "machin" pour administrer Mtl en 2003 ?

    L'intérêt général et le bien commun de cette agglomération, et du Québec dans son ensemble, étaient où dans l'ordre des préoccupations ?

  • Péné D - Inscrite 9 juillet 2014 07 h 27

    Pourquoi ne pas faire un référundum, pour savoir ce qu'en pense les montréalais?

  • Yvan Croteau - Inscrit 9 juillet 2014 07 h 56

    Territoires et démographie

    Je doute que les reconfigurations administratives parviendront à résoudre le problème du financement des services. L'enjeu n'est pas la centralisation mais la compréhension des rapports d'une population p/r à son territoire. Si Montréal veut vraiment jouer un rôle de métropole, il lui faudra quitter sa logique «me, myself and i» et redéfinir un cadre de référence entre sa population, la couronne et les régions. Le béton ça ne vaut rien et ça n'attirera personne si l'avenir repose sur la hauteur des tours à bureau.