Le parc Oxygène rasé pour faire place aux condos

Le parc Oxygène, situé sur un lot appartenant à un propriétaire privé qui souhaite y construire des condominiums, a été rasé jeudi matin.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le parc Oxygène, situé sur un lot appartenant à un propriétaire privé qui souhaite y construire des condominiums, a été rasé jeudi matin.

Des citoyens du quartier Milton Parc ont assisté, impuissants, à la destruction du parc Oxygène jeudi matin. En quelques minutes, la pelle mécanique a eu raison des arbres et végétaux plantés par les résidents au cours des 20 dernières années.

 

« C’est un crime contre les citoyens de Montréal, c’est un crime contre notre quartier ! », s’est exclamé Norman Nawrocki, membre du Comité ad hoc pour la sauvegarde du parc Oxygène.

 

L’espace vert que les résidents du quartier entretenaient depuis deux décennies et qu’ils avaient baptisé le «parc Oxygène» est un étroit terrain situé en bordure de la rue Hutchison, entre l’avenue des Pins et la rue Prince-Arthur. Dans les faits, ce lot appartient à un propriétaire privé qui souhaite y construire des condominiums. En février dernier, un permis de construction pour un projet immobilier a d’ailleurs été accordé au propriétaire par l’arrondissement du Plateau Mont-Royal dirigé par Luc Ferrandez.

 

Norman Nawrocki est furieux. « 25 ans de lutte, de réunions, de travail bénévole et d’effort collectif ont été détruits en 15 minutes. On n’a même pas eu le temps de sauver un arbuste », a-t-il dit en relatant que le bruit de la pelle mécanique a réveillé le voisinage dès 7h jeudi matin. Un arbre a été retiré avec ses racines et déposé sur le trottoir, mais en fin de matinée, la plupart des végétaux avaient été détruits.

 

Achat trop coûteux

 

Le comité de citoyens tentait depuis 1989 de protéger cet espace. Il y a quelques années, il avait même fait une offre d’achat au propriétaire, mais sans succès. Puis, la semaine dernière, le comité a déposé une demande d’injonction visant à empêcher la construction de condos sur le site, requête qui a été rejetée lundi par la Cour supérieure.

 

Les citoyens en veulent aux élus de Projet Montréal d’avoir refusé d’acquérir le terrain et d’avoir autorisé la construction de condos sur le site. Mais ils en ont aussi contre l’administration précédente d’Helen Fotopulos, qui a permis une modification de zonage qui rendait désormais possible la réalisation d’un projet immobilier.

 

« On n’a pas eu de soutien de l’administration Ferrandez alors que publiquement, Projet Montréal prône une ville verte et plus de bicyclettes. Ça n’améliore pas mon estime à l’égard de la classe politique», a commenté Serge-René Lessart, membre du Comité des relations extérieures de la Coopérative d’habitation de la Petite Hutchison.

 

Le conseiller de Jeanne-Mance, Alex Norris, dit comprendre la frustration des citoyens. « Avec le jugement de la Cour, la communauté de Milton Parc a épuisé tous les moyens à sa disposition pour sauver cet espace. La seule option qui restait aurait été de l’acquérir. Or, cela aurait été très coûteux. On parle d’un demi-million ou même davantage pour un terrain qui ne mesure que sept mètres de large, a-t-il expliqué. Ce fut une décision difficile et pénible à prendre, mais l’arrondissement ne pouvait pas justifier une dépense d’un demi-million pour un si petit terrain, sachant que cela nous priverait des fonds nécessaires pour créer de nouveaux espaces verts et publics plus importants qui serviraient un plus grand nombre de personnes. »

 

Le conseiller a pris l’engagement de créer, d’ici la fin de son mandat en 2017, de nouveaux espaces verts publics d’une superficie au moins équivalente ou supérieure au parc Oxygène.

À voir en vidéo