Un bilan indépendant du règlement P-6 réclamé

La manifestation se déroulait au moment même où le SPVM rendait public son premier rapport sur l’application du P-6.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La manifestation se déroulait au moment même où le SPVM rendait public son premier rapport sur l’application du P-6.

Une quarantaine d’organismes et de syndicats revendiquent un bilan indépendant de l’utilisation du règlement municipal P-6 qui a été mis en place dans la foulée des manifestations étudiantes au printemps 2012 à Montréal. Lundi soir, plus de 200 personnes se sont rassemblées devant l’hôtel de ville pour dénoncer «l’improvisation» et réclamer «plus de transparence» de la part du maire Denis Coderre, qui maintient ce controversé règlement qui empêche notamment les manifestants de porter un masque, les force à remettre à l’avance leur itinéraire et impose des amendes de 500 $ en cas d’infraction.

 

Leur manifestation se déroulait au moment même où le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) rendait public son premier rapport sur l’application du P-6 lors du conseil municipal. Dans ce rapport, le SPVM rapporte que plus de 3400 constats d’infraction du règlement P-6 ont été remis en deux ans. Les policiers de la ville ont aussi utilisé à plus de 300 reprises des balles de caoutchouc (147 fois), des grenades assourdissantes (111 fois) ou des gaz irritants (54 fois).

 

«Selon le rapport de la SPVM, le règlement P-6 aurait été appliqué seulement cinq fois en 2013», souligne le professeur de sociologie de l’UQAM Marcos Ancelovici. «Or, d’après les chiffres que nous avons, il aurait été appliqué au moins huit fois si on compte seulement les journées où il y a eu des souricières et ça ne compte pas les arrestations individuelles qui sont aussi en lien avec l’application de P-6», précise-t-il.

 

Devant ces données contradictoires, de nombreux organismes tels qu’Amnistie internationale Canada, Greenpeace Québec, l’Union des consommateurs et le FRAPRU réclament qu’une évaluation sur le règlement P-6 soit faite par une organisation indépendante autre qu’un corps policier. «Ce qu’on veut, c’est un réel bilan qui trouve écho dans l’ensemble de la société civile qui s’est mobilisée pour dénoncer le caractère arbitraire de l’application de P-6», mentionne Claudine Simon de l’organisme Altercitoyen qui est aussi la porte-parole de ce regroupement. «On trouve dangereux que la ville cautionne actuellement le bilan du SPVM […] d’autant plus qu’une motion avait été déposée au conseil de ville pour demander un vrai bilan », dit-elle.

 

En effet, le 26 mai dernier, 300 personnes et organismes d’intérêt public avaient signé dans Le Devoir une lettre qui appuyait la motion du parti d’opposition Projet Montréal qui demandait un bilan de l’application P-6. Cette motion a par contre été battue. Le lendemain, le maire Denis Coderre a indiqué que «le règlement P-6 était là pour de bon.»

 

Avec sa pancarte orange dans les mains, Sandra Cordero tenait à rappeler que toute mesure de répression qui semble «non-justifiée» ne devrait pas être tolérée dans une société démocratique. Selon cette manifestante, il y a eu des débordements au cours des dernières manifestations du 15 mars et du 1er mai tenues à Montréal. «Ce n’est pas normal qu’il y a 500 policiers déployés alors qu’à peine 150 personnes manifestent», note-t-elle. «On est en droit de se demander si ce n’est pas excessif et combien ça nous coûte ces mesures qui me semblent excessives », ajoute-t-elle.
 

Malgré leur protestation, la vice-présidente du comité exécutif Anie Samson a défendu, lors du conseil de ville, le maintient du règlement P-6. Elle a indiqué que ce règlement n’était pas «du profilage politique» et qu’il était là «pour rester.» 

2 commentaires
  • Jean-François Allard - Inscrit 16 juin 2014 22 h 42

    La langue de bois...

    J'ai entendu cette semaine d'un collègue qu'il n'est pas raciste mais que si je pouvais faire sans ( les noirs ), ce serait mieux...

    J'entends souvent: je ne suis pas sexiste, mais entre gars c'est plus facile...

    Aujourd'hui je lis qu'une dame grassement payée ( mes taxes ?! ) est devenue décidément certaine que je suis l'imbécile qu'elle croyait que j'étais; "ce n'est pas du profilage politique" (c'est juste qu'ils ne sont pas d'accord...).

    On peut penser ce qu'on veut du désabusement... Votre chroniqueur M. Nadeau illustre bien dans ses deux derniers papiers à quel point les mots nous bernent sans vergogne; sont-ce antiphrases ou prétéritions, peu importe ! Pourvu que le vote l'emporte !

  • Mario Jodoin - Abonné 16 juin 2014 23 h 54

    Le maintient ?

    Le maintien...