Un centre de compostage menacé

L’entreprise Compost Montréal a récemment appris qu’elle devra cesser d’accepter des matières organiques et qu’il lui faudrait quitter le site d’ici un an, car le Sud-Ouest veut utiliser le site pour ses équipements et les matériaux requis pour l’entretien de ses infrastructures.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir L’entreprise Compost Montréal a récemment appris qu’elle devra cesser d’accepter des matières organiques et qu’il lui faudrait quitter le site d’ici un an, car le Sud-Ouest veut utiliser le site pour ses équipements et les matériaux requis pour l’entretien de ses infrastructures.

Un centre de compostage situé dans l’arrondissement du Sud-Ouest devra fermer ses portes afin de faire place à un clos de voirie municipal. L’entreprise d’économie sociale qui fait la collecte des résidus organiques de 1000 résidants et 120 entreprises presse les autorités de convenir d’un compromis afin qu’elle puisse poursuivre ses activités.

 

Compost Montréal loge gratuitement depuis six dans un des deux clos de voirie de l’arrondissement du Sud-Ouest situé au 6000, rue Notre-Dame Ouest. Moyennant des frais, l’entreprise recueille les matières organiques auprès de citoyens de sept arrondissements et de deux villes liées. Elle traite 6500 tonnes de matières par an et le compost produit est redistribué aux clients et à l’arrondissement du Sud-Ouest, qui s’en sert pour ses travaux horticoles.

 

L’entreprise a récemment appris qu’elle devra cesser d’accepter des matières organiques et qu’il lui faudrait quitter le site d’ici un an, car le Sud-Ouest veut utiliser le site pour ses équipements et les matériaux requis pour l’entretien de ses infrastructures.

 

Estimant faire oeuvre utile en permettant à des citoyens de réduire leurs déchets, l’entreprise a lancé une pétition.

 

Des roulottes

 

Le Sud-Ouest, qui est le seul arrondissement à composter ses matières organiques, estime qu’il n’a pas le choix de déloger le centre de compostage, car il manquera bientôt d’espace. Son clos de voirie de la rue Eadie a été exproprié par Québec en raison des travaux du complexe Turcot. En attendant que le nouveau clos de voirie de la rue Saint-Patrick soit prêt, il doit entreposer ses équipements.

 

« Même nos cols bleus seront dans des roulottes pour les trois prochaines années. Ce n’est vraiment pas une situation facile pour nous », a indiqué Marie Otis, directrice de cabinet du maire Benoit Dorais. Il serait coûteux pour l’arrondissement d’acheter et d’aménager un terrain pour accommoder l’entreprise, a-t-elle ajouté.

 

Directeur général de Compost Montréal, Stephen McLeod aurait souhaité disposer d’un délai supplémentaire pour trouver une solution : « Je sais que l’arrondissement est coincé, mais je crois qu’il serait possible de partager l’espace quitte à réduire nos activités. »

 

Une rencontre est prévue la semaine prochaine avec Benoit Dorais.