Controverse autour du conseiller Jeremy Searle

Le conseiller indépendant Jeremy Searle, lors de la séance du conseil municipal du lundi 28 avril.
Photo: Source Ville de Montréal Le conseiller indépendant Jeremy Searle, lors de la séance du conseil municipal du lundi 28 avril.
Au lendemain de son altercation verbale avec le maire Denis Coderre lors de l’assemblée du conseil municipal, le conseiller indépendant Jeremy Searle a été rappelé à l’ordre par le président du conseil, Frantz Benjamin.

Convoqué au bureau de M. Benjamin mardi, M. Searle a soutenu que le président du conseil lui avait suggéré de faire preuve de prudence à l’avenir.

Alcool

Mais des allégations circulaient selon lesquelles M. Searle aurait siégé au conseil municipal sous l’influence de l’alcool. Pressé de questions par les journalistes, le conseiller a nié avoir un problème d’alcool. « Avez-vous bu aujourd’hui ? », lui a demandé un journaliste. « Non, et vous ? », a répondu M. Searle. Plus tard, le conseiller a toutefois admis à un journaliste de CTV être aux prises avec un problème d’alcool. Mais selon lui, cela ne nuit pas à son travail.

M. Benjamin n’a pas voulu dire si la question de l’alcool avait été abordée lors de cet entretien. Il a toutefois rappelé qu’il s’agissait d’allégations : « La rencontre que j’ai eue avec lui était dans la foulée de mon intervention d’hier [lundi] au conseil municipal. Ma responsabilité, c’est de m’assurer que le décorum est respecté dans l’enceinte du conseil. »
Rappelons que M. Searle avait comparé les « séparatistes » à l’agrile du frêne, un insecte qu’il faut éradiquer. Puis, lundi, M. Searle a laissé entendre que le maire Coderre avait un « problème au cerveau ». Frantz Benjamin a menacé d’expulser le conseiller.
Jeremy Searle dit avoir fait l’objet de menaces de mort à la suite de sa déclaration controversée du 8 avril.

À voir en vidéo

5 commentaires
  • Martin Pelletier - Inscrit 29 avril 2014 14 h 57

    Searle et Sterling

    Aux States, Sterling est suspendu à vie pour ses propos racistes, pourtant tenus en privé.
    Ici, Searle tient des propos racistes pendant un conseil municipal, et on attend encore la punition

    • Réal Ouellet - Inscrit 29 avril 2014 15 h 33

      On dit souvent deux poids deux mesures mais on devrait plutôt dire:" des poids pas de mesure"

      Ici de vagues excuses suffisent. On devra se contenter de l'attitude courroucée de Monsieur Coderre. Mais ne vous y trompez pas: cette attitude n'est en aucune façon un signe d'intolérance. Demain, monsieur Coderre continuera à travailler avec ces gens-là...business à usual, comme dirait le monsieur en question...

      Réal Ouellet

  • Robert Beauchamp - Abonné 29 avril 2014 15 h 40

    Attaque contre qui

    Est-il convoqué pour répondre de ses propos racistes ou bien de l'attaque verbale contre le maire? Pourquoi n'a-t-il pas été convoqué immédiatement à la suite de ses propos racistes?

  • Cyr Guillaume - Inscrit 29 avril 2014 16 h 29

    Deux poids deux mesures c'est le cas de le dire!

    Si quelqu'un aurait oser dire la même chose des fédéralistes, on en aurait fait tout un plat, surtout dans le roc! Mais ici, tout passe comme une lettre à la poste sur le dos du mouvement Indépendantiste!

  • François Dandurand - Inscrit 1 mai 2014 14 h 26

    Pas de racisme

    Les propos de monsieur Searle sont inacceptables. Mais les propos concernaient des militants politiques et non pas un groupe ethnique. Il faut faire la nuance. Monsieur Sterling a eu des propos racistes. Cela étant dit, il n'en reste pas moins que les propos de monsieur Searle n'avaient pas sa place et nécessitent des excuses. Don Cherry sur les ondes de CBC a tenu beaucoup plus souvent des propos racistes dont il n'a pas eu à s'excuser. De plus, le salaire de lmonsieur Cherry est payé en grande partie par des francophones. On n'entend pas vraiment de réactions de ses employeurs ou du publc.